Le règlement de la classe

Le Règlement de la Classe est subordonné à la Loi. La Loi s’applique pour tous, toujours et partout ; le Règlement de la Classe ne s’adresse quant à lui qu’aux enfants de la classe, à l’école et uniquement pour la durée de l’année scolaire. Ce sont ces règles qui régissent le fonctionnement de la classe au quotidien.

Le règlement n’est pas figé. Il reste modifiable de façon négociée[1] entre les élèves et le maître, à condition que les modifications n’entrent jamais en contradiction avec la Loi elle-même, et notamment avec les lois 8 [2] et 9 [3].

On pourrait, si on le voulait, construire chaque année les règles avec les enfants. Ce serait un enseignement potentiellement très riche à condition d’accepter le déséquilibre[4] inhérent à sa mise en place, durant quelques mois. La recherche collective de l’étalonnement du barème des sanctions prendrait, elle aussi, beaucoup de temps : cela dépasserait certainement le cadre de l’année scolaire et perdrait de toute façon, tout son sens pour des enfants arrivés en cours d’année.

J’ai donc préféré un règlement posé, mais modifiable. En règle générale, l’enfant, en venant à l’école, reconnait l’autorité de l’adulte. Cette autorité est structurante pour lui. C’est pourquoi cette mise en place ne lui pose pas de problème.

Le maître reste le garant de la sécurité affective, morale et physique des enfants (Loi 8). Le fonctionnement qu’il met en place, par l’intermédiaire du règlement, correspond à l’espace de liberté qu’il accepte de laisser aux enfants. Ce règlement peut donc être adapté en fonction de chacun, gelé si l’enseignant venait à être remplacé, ou bien annulé à un moment donné, en cas de nécessité.

Le règlement commence par exposer les principes généraux des Ceintures. C’est le cadre même du règlement : la constitution de la classe. Ce cadre est écrit et permet donc à chacun de vérifier que tel ou tel fonctionnement s’appuie bien sur une règle objective et non sur la subjectivité du maître.

Y figurent les règles d’attribution des Ceintures ; celles concernant la perte de points en fonction des Ceintures ; les sanctions prises en cas de dépassement de points ; en cas de déficit de points ; la récupération de points perdus ; la possibilité éventuelle de modification du règlement ; le droit de regard des enseignants de l’école sur les règles votées par les différents Conseils.

Le barème des sanctions est ensuite exposé : toutes les transgressions sont classées en commençant par les plus graves. Pour certaines, il a été nécessaire de donner un barème de sanction minimal et maximal en fonction des circonstances éventuelles de la transgression. Enfin, certaines transgressions nécessitent une réparation, qui s’ajoute à la sanction prévue.

L’étalonnement du barème a été établi en donnant une sanction de 5 à 10 points pour les infractions les plus lourdes (violence). Cela représente, pour les enfants disposant d’une Ceinture moyenne[5], et pour lesquels les points perdus sont doublés, une perte de points allant de la moitié à la totalité des points de leur permis de conduite. Quand ils ont perdu tous leurs points, cela les met dans une situation difficile pour le reste de la semaine : chaque nouvelle infraction, même minime, a pour conséquence la copie du règlement ou de la Loi[6]. Cela signifie que les violences sont lourdement sanctionnées : cela n’est pas un hasard si dans l’école, les bagarres et les insultes sont rares.

Les infractions les plus légères sont, quant à elles, sanctionnées par la perte d’un point sur le permis. Cela permet de pouvoir sanctionner y compris de petites infractions, qui ne nécessiteraient pas forcément une punition dans une classe classique[7]. Le nombre de points[8] du permis 20+1, permet de laisser suffisamment de « chances » aux élèves sans que cela ait des conséquences trop lourdes pour eux. Ainsi, il faudrait que l’enfant ait commis une infraction de manière répétée (plus de 10 fois pour les Ceintures moyennes) pour qu’il en arrive à avoir la Loi à copier.

Un bon étalonnage des sanctions est une des clefs des Ceintures de Comportement : pouvoir sanctionner lourdement les infractions les plus graves mais sanctionner quand même les infractions les plus légères.

Le coefficient sanctionnant plus durement les Ceintures moyennes[9] et hautes[10] permet aux enfants qui ont les Ceintures les plus faibles[11] de pouvoir rester dans le cadre établi, tout en empêchant les enfants aux Ceintures les plus hautes à s’autoriser un tel comportement.

Les huit premières règles concernent des infractions à la Loi[12], commises à l’intérieur de l’école, mais qui n’ont pas une gravité telle qu’elles auraient besoin d’être traitées par la justice. Le but du règlement est de protéger les enfants, il a également une vertu éducative. L’enseignant va donc essayer de régler les problèmes qui se posent dans l’école, dans le cadre même de l’école.

Dans la plupart des cas, chaque problème va pouvoir trouver sa correspondance dans le règlement. Il est arrivé qu’à plusieurs reprises, il soit nécessaire d’ajouter ou de compléter une règle. Il faut dans ce cas garder un cadre qui soit le plus général possible, afin de pouvoir y inclure le plus de situations possibles (connues ou à venir).

Certaines règles se répètent dans le règlement. C’est normal car cela permet de graduer l’intensité de la transgression par une sanction davantage adaptée.

Par exemple, la violence apparait 4 fois dans le barème des sanctions : règle n° 1 (mise en danger de la vie), règle n° 3 (bagarre), règle n° 4 (violence volontaire) et règle n° 13 (violence involontaire).

Les gros mots apparaissent 3 fois : règle n° 7 (insultes), règle n° 9 (mots grossiers envers quelqu’un), règle n° 16 (mal parler ou dire des jurons à haute voix).

Les treize premières règles sont écrites en gras car elles concernent la violence ou la confiance. Aucune de ces douze transgressions n’est acceptable pour une Ceinture Bleue ou marron. Tout manquement à ce principe fait régresser immédiatement l’enfant titulaire d’une de ces ceintures jusqu’à la Ceinture Verte.

Les règles 14 à 17 concernent des infractions moyennes.

Les règles 18 à 29 concernent des infractions légères, celles pour lesquelles l’enfant effectue des transgressions de type « quotidien ». Ce sont celles qui montrent que l’enfant reste bien vivant, qu’il n’est pas un objet sans vie propre. Elles sont fréquentes dans la classe et n’ont pas de réelle gravité. Le maître les utilise pour sanctionner un écart face à une attitude attendue par l’institution.

Dans ma classe, ce sont les transgressions pour lesquelles les enfants perdent le plus de points ; les autres transgressions sont devenues exceptionnelles.

Il est à noter que la règle n° 12[13] sanctionne durement une transgression qui ne serait pas forcément sanctionné dans un autre lieu. Il s’agit d’une règle qui permet au système de se tenir. Sans elle, des comportements déviants pourraient être engendrés : il pourrait par exemple être plus avantageux d’omettre de s’enlever des points perdus dans le cas où personne ne le verrait[14]. Au pire, l’enfant devrait s’enlever les points perdus initialement ; au mieux, il ne s’enlèverait pas ses points.

Je considère que cette règle présente des traits analogues à la Loi sur la fabrication de la fausse monnaie[15], qui est définie dans le code pénal comme un crime contre la nation. Dans notre cas, il s’agirait d’une forme de crime contre le fonctionnement de la classe… Elle est sanctionnée aussi durement que des infractions graves, afin de conserver un caractère dissuasif à la transgression.

Les enfants qui sont responsables du permis de conduite ne peuvent être choisis qu’à partir de la ceinture bleue[16]. Cela s’explique par la sanction qui leur serait donnée en cas de tricherie sur le nombre de points qu’ils auraient omis de s’enlever. La loi n°12 qui est écrite en gras, concerne la confiance. Toute transgression de ce type ferait régresser ces ceintures fortes de manière immédiate vers la ceinture verte. Les enfants de ces ceintures n’ont donc aucun intérêt à tricher sur le nombre de points de leur permis.

 

Le Règlement de la Classe

 

 

Toutes ces règles s’appliquent

pour tous les enfants de la classe,

à l’intérieur de l’école,

durant toute l’année scolaire.

____________

Fonctionnement de la classe

  1. Tous les enfants de la classe doivent respecter la Loi et le Règlement de la Classe.
  2. Dans la classe, tous les enfants possèdent une Ceinture de Comportement. Chaque enfant a le droit, s’il le peut, de demander l’obtention de la ceinture qui est immédiatement au-dessus de la sienne.
  3. Aucun enfant ne peut se voir retirer une ceinture qui lui a été accordée (à l’exception des Ceintures Bleue ou marron), mais s’il ne se sent plus capable « d’assumer » sa ceinture, il lui est possible de demander à tout moment à reprendre la ceinture inférieure.
  4. Chaque enfant possède un permis de conduite qui comporte 1 point d’avertissement et 20 points.
  5. Chaque fois qu’un enfant enfreint une règle de la classe, il peut perdre 1 ou plusieurs points sur son permis de conduite, immédiatement ou lors du Conseil.
  6. Un enfant qui n’a plus de point sur son permis et qui continue à en perdre doit recopier la Loi ou le Règlement (une partie, pour les plus jeunes), autant de fois qu’il a perdu de points au-delà de zéro.
  7. Quand les enfants de la classe sont en « code silence » (silence absolu, déplacements interdits), les points perdus sont doublés.
  8. Les points perdus par les enfants qui ont une Ceinture Orange ou verte sont doublés.
  9. Les points perdus par les enfants qui ont une Ceinture Bleue ou marron sont triplés.
  10. Quand, à la fin d’une semaine, un enfant a perdu plus de points que ne l’autorise sa ceinture, il devient « pastille rouge » durant toute la semaine suivante : il perd alors tous les Droits non essentiels accordés par sa ceinture.
  11. En début de chaque semaine, tous les enfants récupèrent la totalité des points de leur permis.
  12. Les enfants qui ont effectué des tâches pour la collectivité peuvent récupérer de 1 à 3 points par tâche, avec un maximum total de 5 points par semaine.
  13. Si le besoin s’en fait sentir, chacun a la possibilité de proposer lors du Conseil l’ajout, la suppression ou la modification d’une règle pour la classe (aucune règle ne pouvant être dirigée spécifiquement contre un ou plusieurs individus ou bien entrer en contradiction avec une Loi).
  14. Les enseignants de l’école possèdent tous la Ceinture Noire. De ce fait, ils participent au Conseil des Ceintures noires qui peut éventuellement modifier ou annuler une décision ou une règle votée par le Conseil des enfants de chacune des classes ou par le Grand Conseil.

Barème des sanctions

Transgression du règlement Sanctions prévues
1 Mettre sa vie ou la vie des autres en danger. de 5 à 10 points +

information aux parents

+ réparation
2 Toucher mal-intentionnellement le corps de quelqu’un sans son consentement ou attenter à la pudeur de quelqu’un. de 5 à 10 points +

information aux

parents

+réparation
3 Se bagarrer. de 5 à 10 points +

information aux parents

+ réparation
4 Faire mal à quelqu’un volontairement. de 5 à 10 points +

information aux parents

+ réparation
5 Voler le matériel de quelqu’un. de 5 à 10 points +

information aux parents

+ réparation
6 Menacer quelqu’un. de 5 à 10 points +

information aux parents

+ réparation
7 Insulter quelqu’un. 5 points + réparation
8 Falsifier la signature de quelqu’un ou usurper son identité. 5 points + information

à la personne usurpée

+ réparation
9 Dire des mots grossiers, racistes, discriminants ou être malpoli avec quelqu’un. de 3 à 5 points + réparation
10 Être insolent. de 3 à 5 points    + réparation
11 Faire un faux-témoignage ou tromper. 3 points + réparation
12 Omettre de s’enlever des points sur son permis de conduite ou ne pas respecter sa pastille rouge. 3 points + points perdus
13 Mentir. de 3 à 5 points
14 Faire mal à quelqu’un involontairement. de 2 à 4 points + réparation
15 Se moquer. de 2 à 4 points + réparation
16 Abîmer ou perdre le matériel de la classe ou de quelqu’un. de 2 à 4 points + réparation
17 Mal parler ou dire des jurons à haute voix. 2 points  –
18 Jouer ou crier dans la rue. de 1 à 3 points
19 Se rendre quelque part sans l’autorisation du maître ou de la maîtresse. de 1 à 3 points
20 Ne pas faire signer ses cahiers chaque semaine. 1 point par semaine  –
21 Utiliser le matériel de quelqu’un sans son autorisation. 1 point + réparation
22 Ne pas ranger le matériel de la classe à sa place. 1 point + réparation
23 Ne pas faire son travail. 1 point
24 Ne pas écouter le maître ou la maîtresse. 1 point
25 Déranger la classe ou quelqu’un. 1 point
26 Parler sans avoir obtenu la parole. 1 point
27 Jouer ou faire du bruit dans le rang. 1 point
28 Continuer à gêner la classe durant le Conseil ou le Quoi-de-Neuf, quand on en est exclu. 1 point
29 Ne pas avoir fait ce que l’on devait faire. 1 point par semaine

de retard

 –

 Une infraction qui est constatée par le maître, la maîtresse ou bien par un responsable élu, est sanctionnée immédiatement. Les enfants auteurs de l’infraction sont alors invités à chercher par eux-mêmes, dans le règlement de classe, la sanction correspondante.

Les autres infractions sont sanctionnées lors du Conseil, en respectant la procédure déterminée.

Il existe des circonstances qui font que l’infraction à une règle peut être aggravée ou atténuée :

Les circonstances aggravantes :

  • Le mensonge lors du déroulement de la justice ;
  • La préméditation ;
  • L’infraction commise en groupe.
  • L’infraction commise envers une personne détentrice de l’autorité dans l’exercice de ses fonctions.

Les circonstances atténuantes :

  • L’inconscience de la réalité d’une infraction ;
  • La force majeure (la personne ne pouvait pas faire autrement, tout en ayant conscience de la gravité de son acte) ;
  • La légitime défense.

 

Page précédente Page suivante


[1] En dernier ressort c’est bien l’enseignant qui va accepter ou non une règle proposée par les enfants car c’est lui qui reste responsable de ce qui se passe dans sa classe. C’est lui qui aura à répondre de ce qui se sera passé avec les élèves dont il assumait la responsabilité.

Il devra donc toujours rester vigilant à ce que les règles rajoutées ou enlevées ne mettent jamais le règlement en porte-à-faux. Il devra rester le garant de la Loi en veillant notamment à ce qu’aucune règle ne soit édictée contre un enfant ou un groupe d’enfants ; à ce que la durée de la sanction reste limitée dans le temps.  Il fera également attention à ce que l’échelle du barème des sanctions puisse rester cohérente.

[2] Loi n° 8 : Le maître doit apporter une protection physique, verbale et morale à tous les enfants qui lui sont confiés, durant leur présence à l’école.

[3] Loi n° 9 – Le maître est chargé d’instruire tous les enfants qui lui sont confiés, selon les programmes officiels.

[4] Puisque l’on partirait des seules lois énoncées par les enfants en début d’année, il y aurait certainement beaucoup de situations qui n’auraient pas été prévues par les enfants.  Ces situations seraient ajoutées au fur et à mesure des besoins, mais pourraient laisser penser que le champ reste libre pour toutes les règles non encore écrites.

[5] Ceinture orange ou verte.

[6] Dans mon école, l’enfant effectue cette sanction dans une autre classe. La copie de la Loi ou du règlement est longue au minimum 30 à 45 minutes pour les plus rapides. Cela permet à l’enfant de prendre du temps pour réfléchir à son comportement… et parfois à la classe de souffler. Quand l’enfant a terminé, il peut revenir en classe mais toute nouvelle infraction le renvoie dans une autre classe pour recopier le règlement. Pour les plus récalcitrants, au bout de deux ou trois fois, le comportement s’améliore sensiblement jusqu’à la fin de la semaine. Il m’est arrivé de remarquer que des enfants au comportement « pénible » pouvaient réussir à adapter leur comportement à l’approche de cette sanction : un enfant qui avait perdu presque tous ses points dès le mardi matin réussissait à se faire oublier jusqu’au vendredi soir.

Cette sanction est dure, mais quand l’enfant en arrive là, c’est qu’il n’a pas pris en compte toutes les chances que lui laissait son permis de conduite.

[7] Comme ces petites infractions ne sont pas forcément sanctionnées, elles peuvent paraître injustes lorsqu’elles le sont. « Pourquoi Intel qui a parlé n’a pas été puni alors que moi je l’ai été ? »

[8] Le permis comprend vingt points plus un point d’avertissement. Ce qui fait un total de vingt-et-un points. Quand un enfant qui est Ceinture blanche ou jaune s’enlève son premier point, il coche la case 20. Quand on lit la feuille de permis de conduite, on regarde le nombre qui se trouve sous la dernière case cochée. L’enfant a donc bien vingt points.

[9] Les Ceintures orange et vertes doivent doubler tous les points perdus.

[10] Les Ceintures bleues et marron doivent tripler tous les points perdus.

[11] Ceintures blanches et jaunes (voire roses).

[12] Voir chapitre sur la Loi.

[13] Règle 12 : Omettre de s’enlever des points sur son permis de conduite ou ne pas respecter sa pastille rouge est sanctionné par la perte de trois points.

[14] Dans ma classe, un enfant peut avoir perdu un point à un moment où il n’est pas possible de l’enlever immédiatement (lors d’une sortie en dehors de la classe). Il est donc demandé à l’enfant de venir voir le responsable des points aussitôt qu’il le pourra. Dans le cas contraire, trois points supplémentaires lui seront ôté. Cette règle encourage les enfants à se souvenir des sanctions qu’ils ont, au risque de perdre davantage.

[15] Article 442 du code pénal qui punit à 30 ans de réclusion ceux qui ont fabriqué de la fausse monnaie ; autant que pour un meurtre.

[16] En CE1, aucun enfant ne peut être Ceinture bleue. Je permets donc de manière exceptionnelle que des enfants possédant la Ceinture verte puissent devenir responsable de la feuille des points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Quand j'entends, j'oublie. Quand je vois, je me souviens. Quand je fais, je comprends. (Confucius)