Le permis de conduite

Les enfants disposent en début de chaque semaine de vingt points plus d’un point d’avertissement[1]. Cela est matérialisé par une grille reprenant tous les points de tous les enfants de la classe : il y a une case par point et par enfant. Cette feuille reste affichée au tableau durant toute la semaine ; elle peut éventuellement être laissée sur la table de l’enfant[2] qui est chargé de vérifier les points du permis de conduite.

Lors d’une transgression du Règlement de la Classe, les enfants doivent cocher le nombre de cases correspondant à cette infraction. Ce nombre est doublé pour les Ceintures orange ou verte et triplé pour les Ceintures bleue ou marron.

Le permis se lit en regardant la dernière case cochée. S’il s’agit du 16, on va dire qu’il reste 16 points à l’enfant.

En fin de semaine, lors du Conseil des enfants de la classe[3], les valeurs des permis de conduite de chaque enfant, sont annoncées et comparées au regard des Devoirs de la Ceinture respective de l’enfant[4]. En cas de déficit de points par rapport au nombre de points de la Ceinture de l’enfant, ce dernier devient « pastille rouge ». Cela est alors matérialisé par le retournement de sa pastille de couleur plastifiée (correspondant à la couleur de sa Ceinture), vers le côté verso (couleur rouge) : cela signifie que les Droits « non fondamentaux [5]» de cet enfant seront « gelés » toute la semaine suivante (du lundi première heure au vendredi dernière heure).

Les permis de conduite sont ensuite archivés dans un classeur, ce qui permet de vérifier les passages de Ceinture le cas échéant (trois semaines consécutives avec les points de la Ceinture convoitée).

La semaine suivante, un nouveau permis de conduite est affiché. Tous les enfants commencent donc leur semaine avec leurs vingt points. En effet, l’enfant a besoin de commencer la semaine avec tous ses points pour pouvoir essayer de retrouver ses Droits, la semaine suivante. Les enfants qui sont « pastille rouge », ont également tous leurs points mais, leurs Droits sont gelés durant toute cette semaine.

Dans le cas où un enfant se serait retiré plus de points que ne l’autorise sa ceinture, il ne deviendrait pas « pastille rouge » immédiatement. Il peut terminer la semaine avec les droits qu’il avait acquis la semaine précédente. Il ne deviendra « pastille rouge » que le lundi suivant. Les sanctions sont différées d’une semaine.

Page précédente Page suivante


[1] Ce point d’avertissement est matérialisé par la case « 20 » que les enfants vont devoir cocher lors de leur première infraction.

Ainsi, lors de leur première infraction, si elle nécessite le retrait d’un point, les Ceintures basses vont cocher le 20 et lire qu’il leur reste « vingt points ». Les Ceintures moyennes vont cocher deux cases puisque leurs sanctions sont doublées : le 20 et le 19 et lire qu’il leur reste « dix-neuf points ». Les Ceintures hautes vont cocher trois cases puisque leurs sanctions sont triplées : le 20, le 19 et le 18 et lire qu’il leur reste « dix-huit points ».

[2] Il est nécessaire que cet enfant possède au minimum la Ceinture Bleue car, l’enfant responsable du permis de conduite doit bénéficier de la confiance de la classe. Au cas où il serait tenté de tricher sur le nombre de points du permis de conduite, il perdrait sa Ceinture Bleue (ou marron) et redeviendrait immédiatement Ceinture verte.

Dans les classes où il n’y a pas de Ceinture Bleue, il est possible que des Ceintures vertes effectuent la vérification.

En cas d’erreur, le responsable du permis me demande mon stylo (violet) et entoure les points en question. Les points entourés sont annulés. Si un enfant est amené à s’enlever des points entourés, il doit les cocher dans un autre sens : la croix à quatre branches se transforme en étoile à huit branches.

[3] Voir chapitre 9.

[4] Pour chaque Ceinture il est précisé le nombre maximum de points que l’enfant est autorisé à perdre sur son permis de conduite : la Ceinture verte ne doit pas à avoir moins de 15 points ; la Ceinture orange, ne doit pas avoir moins de 10 points…

[5] Les droits fondamentaux sont les trois premiers de chacun des Ceintures. Ils sont écrits en gras (Personne n’a le droit de me faire mal. Personne n’a le droit de se moquer de moi. J’ai le droit de travailler sans être dérangé.). Les droits non fondamentaux sont tous les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Quand j'entends, j'oublie. Quand je vois, je me souviens. Quand je fais, je comprends. (Confucius)