Les ceintures de comportement à l’école

Trop compliquées, c’est souvent ce que l’entend dire, quand des collègues parlent des ceintures de comportement. Est-ce que les enfants y comprennent quelque chose ? …et devoir deviner comment fonctionne tel ou tel maitresse ou maitre est-ce cela que l’on qualifierait comme « simple ».

La vérité est que je ne passe plus des heures à régler les problèmes de comportement, d’incivilité…

Les enfants comprennent très bien les ceintures parce qu’elles restent toujours logiques (donc leur sont compréhensibles), leur parlent, les aident à grandir,  et leur font appréhender les grandes valeurs de la république.

J’ai décidé de mettre par écrit l’ensemble de ce travail et de le mettre à disposition des enseignants qui souhaiteraient réfléchir à la mise en place de ceintures de comportement dans leur classe.

C’est tout cela que vous trouverez détaillé dans les pages suivantes :

  1. Avant propos
  2. Introduction
  3. La Loi
  4. Fonctionnement des ceintures
  5. Le règlement de la classe
  6. Les ceintures de comportement
  7. Le permis de conduite
  8. Les médiations
  9. Le conseil
  10. Le grand conseil
  11. Les métiers dans la classe
  12. Droits accordés
  13. Devoirs
  14. Aménagements en fonction de l’âge
  15. Mise en place dans la classe
  16. Mise en place dans l’école
  17. Conclusion

Téléchargements des outils

N’hésitez pas à commenter, à questionner, à interroger sur les choix faits, à partager vos expériences, vos échecs, vos réussites… c’est tout cela qui nous fait progresser !

Page suivante

12 réflexions au sujet de « Les ceintures de comportement à l’école »

  1. Ces enfants là se retrouvent confrontés à une LOI fixe, claire et intangible qu’ils ne connaissent pas, pour la plupart du temps, à la maison. Ton rôle est de montrer la solidité de l’adulte face à la transgression (ou, tout du moins, de leur maîtresse). Ils continuent à te tester, à tester l’institution que tu as mise en place pour voir si l’injustice s’y cache.
    Ça peut être long et parfois deux mois restent insuffisants pour qu’ils puissent le vérifier. Ils ont souvent besoin de s’apercevoir que tu sanctionnes pareillement les bons élèves.
    Ils veulent être sûr que tu ne les sanctionnes pas pour ce qu’ils SONT mais pour ce qu’ils FONT. C’est à ces moments là qu’il faut rester vigilant, afin de leur montrer ce qu’est la justice. Et tant pis si je suis amené à sanctionner des ceintures fortes, pour des infractions que j’aurai peut être pu laisser passer.
    Parfois, pour ces enfants là, des semaines très courtes (comme il y a eu avant et après la Toussaint), leur permettent de ne pas perdre trop de points. Pour les dernières semaines, je les encourage et leur montre que s’ils continuent à faire des efforts, ils pourront passer la ceinture supérieure à la fin de la semaine.

    Quant à moi, je ne mets jamais la ceinture rose a un élève, car pour moi la ceinture minimale reste la ceinture blanche. La ceinture rose n’est donnée que si un enfant la demande.
    Quand un enfant demande à passer ceinture rose, j’essaie de respecter la règle très contraignante qui dit que « l’enfant doit toujours rester à proximité immédiate d’un adulte, mais qu’en contrepartie ses problèmes sont réglés immédiatement ».
    C’est de rester à proximité permanente d’un adulte qui doit l’inciter à demander à redevenir ceinture blanche. Comme il est amené à rester près de moi, j’ai du temps pour en discuter avec lui régulièrement. Je lui rappelle qu’il peut redevenir ceinture blanche à sa simple demande. Dans ce cas, je n’attends pas le conseil suivant, je lui redonne immédiatement la ceinture blanche, de peur qu’il se décourage dans les procédures de passage.

    Continue à revenir régulièrement pour nous faire part de ton retour d’expérience.

  2. Bonjour
    A mon tour de faire part de mon retour d’expérience suite à une période de mise en place.
    Je suis très satisfaite de ce fonctionnement avec la majorité de ma classe, les élèves ont très envie d’obtenir la ceinture supérieure et pour certains s’en donnent vraiment les moyens.
    Par contre pour 2 élèves, le bilan n’est pas positif. J’ai très rapidement mis en place la ceinture rose avec eux mais ce n’est pas suffisant ! Ils perdent des points à longueur de journée, j’ai l’impression de ne faire que ça et encore je laisse passer beaucoup beaucoup de choses sans les noter. Malgré la ceinture rose, ils ont chaque semaine le règlement à copier plusieurs fois (les 6 règles d’or de la classe) et c’est la croix et la bannière pour arriver à leur faire faire (et chaque semaine on recommence). Parallèlement j’ai mis en place un contrat de comportement pour ces 2 élèves en leur demandant de travailler sur 1 objectifs qu’ils peuvent atteindre mais ce n’est pas très concluant. Pour l’un, il s’en fiche à chaque fois que je lui enlève un point. et l’autre il dit que c’est toujours la même chose, c’est toujours lui qui est puni…
    Bref, pour ces 2 élèves, je ne sais pas trop quoi faire de plus.

    Pour les autres, l’idée de Pierre me semblent intéressante de faire un tableau avec les règles sur lesquelles les élèves pastilles rouge doivent faire un gros effort. Mais n’est-ce pas trop chronophage ?
    Voilà où j’en suis de ma réflexion donc, tout à fait positive mais pour l’instant pas suffisamment efficace pour 2 élèves de la classe…

  3. J’aime beaucoup le commentaire que tu as fait parce qu’il montre que tu as pris le temps de lire, de réfléchir et que tu as bien compris l’esprit de mon fonctionnement : les modifications que tu apportent dans le fonctionnement que tu as adopté ne dénaturent pas l’ensemble, mais au contraire l’améliorent…
    En ce qui concerne la copie de la Loi, je suis tout à fait en accord avec toi sur le fond. On va dire que c’est plutôt le manque d’idée alternative qui m’a fait rester sur une « copie » beaucoup plus traditionnelle. Mais cela permet toutefois de faire sortir durant un moment l’enfant de la classe, ce qui aide beaucoup à calmer les choses à la fois pour lui, que pour la classe (enseignant y compris). Ce que tu dis reste toutefois très juste et ta réflexion va faire avancer la mienne… Vive la mutualisation !
    N’hésite surtout pas à revenir d’ici quelques temps pour faire part de l’avancée de ton expérience.

  4. Merci pour ce site sur les ceintures de comportement. J’ai un CM1-CM2 à Paris, une classe très hétérogène dans une école complètement traditionnelle.

    C’est un principe que j’avais adopté il y a quelques années dans d’autres écoles mais qui n’avait jamais vraiment fonctionné car le système que j’avais mis en place, mal conçu, était trop soumis à mon propre arbitraire et était beaucoup trop contraignant pour moi. Je l’avais donc abandonné. L’année dernière, j’ai eu une classe explosive et épuisante à gérer, mais je me refusais à retourner aux ceintures qui ne marchaient pas. Cette année, comme ça repartait de la même manière, je cherchais un moyen d’y revenir. Ce qui m’a convaincu, c’est le permis de conduite à points. J’y ai passé un week-end pour le mettre un peu à ma sauce et c’est parti !

    J’ai commencé seulement lundi dernier mais l’effet a été spectaculaire. La classe s’est complètement apaisée en moins d’une semaine, les élèves les plus réfractaires ayant enfin un cadre sur lequel s’appuyer. Tout n’est pas réglé et il faut moi-même que je le possède mieux, mais enfin, c’est clairement un chemin prometteur qui est emprunté.

    Ce que j’ai modifié, c’est notamment donner les 20 points aux élèves dans une enveloppe pour que quand ils en perdent, en plus de la croix dans le tableau hebdomadaire (que je fais moi-même), ils doivent venir les déposer dans une barquette sur mon bureau : cette perte est donc concrète, ce qui me semble primordial pour des élèves. Et chaque semaine, ils rendent l’enveloppe qui est vidée et ils retrouveront leurs 20 points en papier le lundi suivant.

    Deuxième point, peut-être plus important, ce me semble. J’ai remplacé les lignes sur la Loi à recopier quand ils n’ont plus de points de conduite. Je n’ai jamais été d’accord avec ce principe de faire copier des lignes comme sanction : on ne peut pas leur demander de prendre plaisir à écrire des textes libres ou faire de la copie une compétence à acquérir et en même temps faire de la copie une punition. Je dis toujours aux élèves qu’écrire est une récompense, pas une punition. Dans un système aussi responsabilisateur que les ceintures de comportement, cette sanction me paraît vraiment hors-sujet. J’ai préféré constituer un cahier de règles individuel : 10 règles de base réunies dans un tableau oui/non, que l’on complète ensemble pour chaque demi-journée et que les élèves concernés doivent faire signer par les parents chaque jour. Cela me semble plus en accord avec l’esprit du système car ça leur donne une cadre supplémentaire. Sur les 4 irréductibles de ma classe, j’en ai déjà 2 qui ont réussi à n’avoir que des oui et s’en sont montrés très fiers.

    Voyons la suite, mais voilà une nouvelle preuve – s’il en fallait une – que la mutualisation fait la force !

    Merci donc.

    Pierre

  5. Les services que les élèves peuvent rendre, sont divers. Et à vrai dire, je ne suis pas trop regardant sur l’utilité de tel ou tel service. La seule chose qui m’importe est le nombre de points qui peut être récupéré (pas plus de trois, en veillant à ce que la quantité de points soit bien en adéquation avec la pénibilité du service rendu), et la ceinture minimale nécessaire pour pouvoir effectuer ce service. Je veille tout particulièrement à ce que les droits des diverses ceintures puissent être respectées (dans un sens comme dans l’autre). Par exemple distribuer les cahiers ne peut être fait que par un enfant qui dispose au minimum de la ceinture orange, vu que pour distribuer des cahiers il faut pouvoir se déplacer dans la classe et que la ceinture orange est la première qui permet des déplacements autonomes dans la classe. De même pour des déplacements autonomes dans l’école (facteur), ne peuvent être fait qu’à partir de la ceinture verte, voire bleue. Mais je veille aussi que des services qui puissent être effectués par des ceintures jaunes ou blanches puissent exister.
    Ceux qui n’ont pas la bonne ceinture n’ont qu’à faire le nécessaire pour pouvoir la passer, s’ils veulent effectuer cette responsabilité. C’est d’ailleurs l’attrait des droits obtenus qui est le moteur principal pouvant pousser les enfants à passer des ceintures plus contraignantes.

    Tu pourras trouver dans cette page des précisions sur différents métiers.

  6. Merci encore pour ces réponses précises ! Cela me rassure et me donne des pistes pour mon élève difficile…

    Pour ce qui est de gagner des points, je comprends mieux ce que tu veux dire concernant le risque de déséquilibre ! Mais du coup il me vient une nouvelle question (la dernière promis!!) : quel genre de service les enfants peuvent-ils rendre à la classe ? Tu leur donne une liste d’exemples ou bien ce sont eux qui propose ? Ils gagent un point par service ou bien ils peuvent en gagner plus pour certains services ?

  7. Pour répondre à ta première question : je leur permets de rattraper des points pour services rendus à la classe, mais dans un maximum de 5 points par semaine. Si je permettais d’en gagner davantage, certains enfants qui auraient perdu beaucoup de points, par exemple pour insulte ou bagarre, pourraient se voir récupérer une bonne partie des points qui leur manquaient et pouvoir passer la ceinture supérieure. Au bout d’un moment je pourrais me trouver dans une situation où des enfants obtiendraient la ceinture verte (voire bleue) malgré des comportements inadaptés. C’est ce que j’essaie d’éviter en limitant les points gagnés.

    Pour ta seconde question, il me vient deux exemples pour tenter de répondre.
    J’ai eu une fois un enfant au comportement difficile qui m’a dit, alors qu’il avait perdu tous ses points, qu’il se fichait des ceintures et du permis de conduite. Dans ma tête je me disais que c’était pas grave, qu’au prochain problème posé, je lui enlèverais son nom du tableau des ceintures et je le sanctionnerais comme cela se fait dans une classe qui n’utilise pas les ceintures. Mais finalement, la semaine suivante, il est venu me voir en me disant « Maître, j’ai calculé que si je ne perdais plus de points cette semaine, je pourrais passer la ceinture suivante ». En fait, il était revenu de lui-même dans le dispositif, car il le trouvait finalement juste et rassurant…
    Un autre exemple avec un élève de CM2 qui est arrivé dans la classe, en cours d’année. Il venait d’une école dans laquelle le climat de violence devait être important et cet enfant devait y apporter sa part…
    Comme je le fais pour chaque nouvelle arrivée, je ne rajoute pas immédiatement le nom du nouveau sur le permis de conduite, ni sur le tableau des ceintures. Mais cette fois là, je me suis vite aperçu qu’il fallait que je sois présent pour régler chaque différend, sans devoir passer par le Conseil. Dès que je voyais que son nom était écrit dans le cahier de doléances, je prévenais le président et l’autre enfant impliqué que le problème ne passerait pas en Conseil, mais serait réglé par moi, directement. Et j’en discutais avec lui.
    Il a fallu plusieurs semaines pour que je puisse le sentir apte à rentrer dans les ceintures, comme les autres enfants, parce qu’il devait prendre ce temps pour avoir confiance dans le fonctionnement de classe.
    La ceinture rose n’est pas une ceinture que je donne à un enfant difficile. Sa place reste dans la ceinture blanche. D’ailleurs, selon le règlement de la classe, la ceinture rose ne s’acquière qu’à la seule demande de l’enfant ; l’enseignant n’a pas le pouvoir de l’y faire rentrer.
    Quand un enfant a montré qu’il désirait devenir ceinture rose, il faut qu’il s’aperçoive vite des contraintes nouvelles de cette ceinture (rester toujours à proximité immédiate d’un enseignant). Cela devient tellement contraignant pour l’enfant (et encore plus pour l’enseignant) qu’elle l’incite à reprendre la ceinture blanche, ce qui implique qu’il revient de lui-même dans le fonctionnement de droit commun.
    Pour conclure sur cette question, ce sera à toi de t’adapter pour que ton élève puisse rentrer dans le dispositif et de tout mettre en place pour qu’il soit incité à le faire. Il faut parfois faire preuve d’ingéniosité pour que le fonctionnement des ceintures puisse être à la fois souple quand cela est nécessaire mais s’appliquer avec rigueur le reste du temps.

  8. Ca rejoint en effet ce que je compte essayer ! Par contre je ne saisis pas en quoi cela risque de déséquilibrer le dispositif ?
    Autre question, je vais avoir un élève très très compliqué au niveau comportement cette année (en attente d’une place en ITEP). Je pense qu’il va rapidement être en ceinture rose mais je ne suis pas certaine que cela puisse avoir un effet sur lui. T’est-il déjà arrivé de sortir complètement un élève du système de ceinture ?

  9. Il m’arrive également d’enlever des points à ceux qui ne sont pas prêts (la date n’est pas écrite alors que cela fait 5 minutes que le cahier a été distribué) ou qui ne travaillent pas (règle 23 : ne pas faire son travail).
    Généralement, ceux qui ne sont pas prêts ont utilisé leur temps différemment de ce que j’avais demandé, dans ce cas, j’utilise la règle 24 : ne pas écouter le maître ou la maîtresse.

    Pour ce qui est du rajout de point, il m’arrive de le faire, et notamment en début d’année pour encourager un comportement positif. Au lieu d’enlever un point à tous ceux qui ne sont pas prêts, je rajoute un point à tous ceux qui sont prêts. Mais je fais attention à ce que cela ne perdure pas trop dans le temps, ou de manière exceptionnelle pour ne pas déséquilibrer l’ensemble du dispositif des ceintures.

  10. Merci beaucoup de ta réponse ! Je suis encore en pleine réflexion mais je pense rajouter des points (par exemple, quand des élèves ne se mettent pas au travail, parfois j’enlèverai des points à ceux qui ne sont pas prêts, et parfois au contraire j’en ajouterai à ceux qui sont prêts avant les autres) – je ne sais pas si je suis claire –
    Je te tiens au courant de l’évolution !

  11. Je ne leur fais plus copier le règlement, mais uniquement la Loi. En fonction de l’âge je module la quantité à copier (un paragraphe en ce1, la moitié en ce2, la totalité en cm). Pour un enfant à qui il manque un point ça peut aller, mais pour un enfant à qui il manque beaucoup de points, ça devient un tel effort, que ça en devient dissuasif… Surtout que chaque nouvelle perte de points, durant cette même semaine, entraîne pour lui une nouvelle copie de la Loi (ou d’une partie). Du coup, on voit des élèves pour qui il semblait impossible de réussir à contrôler leur comportement, y parvenir par ce moyen.
    Pour ce qui est du rachat de points pour « efforts fournis », je dis pourquoi pas. Je ne l’ai pas fait parce que je voulais que les ceintures de comportement n’évaluent que le seul comportement. Mais je veux bien réfléchir à un « pont », pour garder la cohérence…
    Tiens moi au courant de l’avancé de ta réflexion, de la mise en place que tu auras choisie, et des résultats obtenus.

  12. Bonjour,
    J’ai découvert ton site il y a quelques jours et c’est une révélation pour moi !!! Ton fonctionnement des ceintures de comportement est exactement ce que je cherche à mettre en place depuis des années mais sans trouver un fonctionnement qui soit cohérent! Alors merci beaucoup !
    Je vais tout de même rajouter quelques adaptations : d’une part la possibilité de gagner des points quand on fait des efforts sur un point particulier (au delà du fait de pouvoir racheter des points en rendant service – là c’est moi qui décide) et aussi un petit bilan toutes les 2 semaines à destination des parents.
    Enfin une petite question : les élèves qui perdent tous leurs points doivent recopier le règlement, est-ce que tu entends par là toutes les règles de fonctionnement et toutes les sanctions ??? Ca me semble beaucoup, surtout si il faut le recopier plusieurs fois ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Quand j'entends, j'oublie. Quand je vois, je me souviens. Quand je fais, je comprends. (Confucius)