Mathématiques (cycle 2)

Cette progression est basée à partir de la progression du fichier « J’apprends les maths » de Rémi Brissiaud.

Télécharger la page au format Word.

Objectifs Année 1 – CP Année 2 – CE1 Année 3 – CE2
NOMBRES ET CALCULS
Comprendre et utiliser des nombres entiers pour dénombrer, ordonner, repérer, comparer Dénombrer, constituer et comparer des collections.

→ jusqu’à 99

Dénombrer, constituer et comparer des collections.

– Organisation et écriture littérale des nombres jusqu’à 10 (séq. 1)

– Décompositions du type : 7 c’est 1 et encore… (séq. 19)

– Les nombres entre 60 et 79 (séq. 34)

– Les nombres de 80 à 100 (séq. 38)

– Soustractions mentales et comparaisons (séq. 45)

– Numération décimale jusqu’à 199 (séq. 47)

– Numération décimale jusqu’à 999 (séq. 85)

– Le millier (séq. 109)

Dénombrer, constituer et comparer des collections.

– Les repères 5 et 10 pour structurer les dix premiers nombres (séq. 1)

– Les nombres jusqu’à 69 (séq. 4)

– Les nombres jusqu’à 100 (séq. 7)

– Les nombres au-delà de 100 (séq. 11)

– La numération jusqu’à 2000 (séq. 82)

– La numération jusqu’à 10 000 (séq. 85)

– Les nombres jusqu’à 1 000 000 (séq. 111)

Utiliser diverses stratégies de dénombrement (décomposition, recomposition additive, utilisation des unités et dizaines en relation ou non avec des groupements.) Utiliser diverses stratégies de dénombrement (décomposition, recomposition additive ou multiplicative, utilisation d’unités intermédiaires : dizaines, centaines.)

– Organiser 36 en 3 groupes de 10 et 6 unités isolées (séq. 8)

– L’euro : 13 pièces de 10 centimes c’est 130 c ou 1€30

– 230 c’est 23 groupes de 10 (séq. 85)

– 430, c’est 43 groupes de 10 (séq. 86)

– 1000 c’est 100 groupes de 10 ou 10 groupes de 100 (séq. 109)

Utiliser diverses stratégies de dénombrement (décomposition, recomposition additive ou multiplicative, utilisation d’unités intermédiaires – dizaines, centaines.)

– 230 c’est 23 groupes de 10 (séq. 11)

– Les groupements de 10 et de 100 quand l’unité est le mm (séq. 23)

– 1000 c’est 10 fois 100, 1100 c’est 11 fois 100 (séq. 82)

– Comprendre que 4300 c’est 43 fois 100 ou 43 centaines (séq. 85)

Repérer un rang, une position dans une file, sur une piste.

Faire le lien entre le rang dans une liste et le nombre d’éléments qui le précèdent.

Repérer un rang, une position dans une file, sur une piste.

Faire le lien entre le rang dans une liste et le nombre d’éléments qui le précèdent

Repérer un rang, une position dans une file, sur une piste.

Faire le lien entre le rang dans une liste et le nombre d’éléments qui le précèdent

– relation entre ordinaux et cardinaux.

Nommer, lire, écrire, représenter des nombres entiers Comparer, ranger, encadrer, intercaler des nombres entiers, en utilisant les symboles =, ≠, <, > Comparer, ranger, encadrer, intercaler des nombres entiers, en utilisant les symboles =, ≠, <, >

– Organiser les nombres entre 5 et 10 pour les comparer (séq. 4)

– Les signes exprimant l’inégalité (séq. 11)

– Ordonner les nombres jusqu’à 100 (séq. 41)

– Ordonner les nombres (séq. 96)

Comparer, ranger, encadrer, intercaler des nombres entiers, en utilisant les symboles =, ≠, <, >

– Les signes exprimant l’inégalité (séq. 6)

– Soustractions et situations de comparaison (séq. 22)

– Ordre sur les nombres jusqu’à 10 000 (séq. 94)

Utiliser diverses représentations des nombres (écriture en chiffres et en lettres, noms à l’oral, graduations sur une demi-droite, constellations sur des dés, doigts de la main …) Utiliser diverses représentations des nombres (écriture en chiffres et en lettres, noms à l’oral, graduations sur une demi-droite, constellations sur des dés, doigts de la main …)

– Organisation et écriture littérale des nombres jusqu’à 10 (séq. 1)

– Les nombres en 10 et 20 (séq. 5)

Utiliser diverses représentations des nombres (écriture en chiffres et en lettres, noms à l’oral, graduations sur une demi-droite, constellations sur des dés, doigts de la main …)
Passer d’une représentation à une autre, en particulier associer le nom des nombres à leur écriture chiffrée. Passer d’une représentation à une autre, en particulier associer le nom des nombres à leur écriture chiffrée.

– Écriture littérale des nombres (séq. 9)

Passer d’une représentation à une autre, en particulier associer le nom des nombres à leur écriture chiffrée.

– Les écritures littérales jusqu’à cinquante (séq. 1)

Interpréter les noms des nombres à l’aide des unités de numération et des écritures arithmétiques

– unités de numération (unités simples, dizaines) et leurs relations (principe décimal de la numération en chiffres)

– valeur des chiffres en fonction de leur rang dans l’écriture d’un nombre.

Interpréter les noms des nombres à l’aide des unités de numération et des écritures arithmétiques

– unités de numération (unités simples, dizaines) et leurs relations (principe décimal de la numération en chiffres)

– valeur des chiffres en fonction de leur rang dans l’écriture d’un nombre.

– Les nombres entre 10 et 20 (séq. 5)

– Les nombres jusqu’à 59 (séq. 9)

– Les nombres de 60 à 79 (séq. 34)

– Les nombres de 80 à 100 (séq. 38)

– Les nombres jusqu’à 199 (séq. 47)

– Les nombres jusqu’à 999 (séq. 85)

Interpréter les noms des nombres à l’aide des unités de numération et des écritures arithmétiques

– unités de numération (unités simples, dizaines, centaines, milliers) et leurs relations (principe décimal de la numération en chiffres)

– valeur des chiffres en fonction de leur rang dans l’écriture d’un nombre.

– Les repères 5 et 10 pour structurer les dix premiers nombres (séq. 1)

– Les nombres jusqu’à 69 (séq. 4)

– Les nombres jusqu’à 100 (séq. 7)

– Les nombres au-delà de 100 (séq. 11)

– La numération jusqu’à 2000 (séq. 82)

– La numération jusqu’à 10 000 (séq. 85)

– Les nombres jusqu’à 1 000 000 (séq. 111)

Associer un nombre entier à une position sur une demi-droite graduée, ainsi qu’à la distance de ce point à l’origine. Associer un nombre entier à une position sur une demi-droite graduée, ainsi qu’à la distance de ce point à l’origine. Associer un nombre entier à une position sur une demi-droite graduée, ainsi qu’à la distance de ce point à l’origine.
Associer un nombre ou un encadrement à une grandeur en mesurant celle-ci à l’aide d’une unité. Associer un nombre ou un encadrement à une grandeur en mesurant celle-ci à l’aide d’une unité. Associer un nombre ou un encadrement à une grandeur en mesurant celle-ci à l’aide d’une unité.

– Chercher la valeur de l’unité (séq. 107)

Résoudre des problèmes en utilisant des nombres entiers et des calculs Résoudre des problèmes issus de situations de la vie quotidienne ou adaptés de jeux portant sur des grandeurs et leur mesure, des déplacements sur une demi-droite graduée.

– sens des opérations

– problèmes relevant de structures additives (addition, soustraction)

Résoudre des problèmes issus de situations de la vie quotidienne ou adaptés de jeux portant sur des grandeurs et leur mesure, des déplacements sur une demi-droite graduée conduisant à utiliser les 4 opérations.

– sens des opérations

– problèmes relevant de structures additives, multiplicatives, de partages ou de groupements

– Somme, différence et produit (nombres à deux chiffres) (séq. 71)

Résoudre des problèmes issus de situations de la vie quotidienne ou adaptés de jeux portant sur des grandeurs et leur mesure, des déplacements sur une demi-droite graduée conduisant à utiliser les 4 opérations.

– sens des opérations

– problèmes relevant de structures additives, multiplicatives, de partages ou de groupements

– La division quotition pour résoudre des problèmes de partage (séq. 65)

Modéliser ces problèmes à l’aide d’écritures mathématiques

– sens des symboles +, –

Modéliser ces problèmes à l’aide d’écritures mathématiques

– sens des symboles +, -, x, :

– La somme combien en tout (séq. 2)

– Introduction du signe « – » et du mot différence (séq. 6)

– Somme et différence (séq. 10)

– Groupes de 2, 3, 5 et 10 (séq. 16)

– Partager en 2 des nombres jusqu’à 20 (séq. 22)

– Groupes de 2, 3, 5 et 10 et unités isolées (séq. 35)

– Le signe x comme symbole de la commutativité (séq. 67)

– Penser à un quadrillage pour comprendre la commutativité (séq. 68)

– Utiliser la multiplication pour calculer une addition répétée (séq. 69)

Modéliser ces problèmes à l’aide d’écritures mathématiques

– sens des symboles +, -, x, :

– Groupements par 5, 10, 15 et 25 (séq. 14)

– Soustractions et situations de comparaison (séq. 22)

– La multiplication : le signe x

– La multiplication a x b c’est a fois b ou b fois a (séq. 28)

– De l’addition répétée à la multiplication (séq. 29)

– Vers la division quotition : en L combien de fois l (séq. 59)

– La division quotition : en 163 combien de fois 25 ? (séq. 61)

– La division quotition : autres diviseurs (10, 15, 50) (séq. 62)

– Calculer les divisions élémentaires (séq. 67)

– Calculer les divisions élémentaires par 6, 7, 8 et 9 (séq. 97)

– La division par 250 (séq. 103)

Exploiter des données numériques pour répondre à des questions. Exploiter des données numériques pour répondre à des questions.

– Interpréter les valeurs numériques d’un tableau (séq. 115)

Exploiter des données numériques pour répondre à des questions.

– Lire et interpréter un histogramme (séq. 79)

– Construire lire et interpréter des histogrammes (séq. 104)

Présenter et organiser des mesures sous forme de tableaux

– mode de représentation de données numériques : tableaux.

Présenter et organiser des mesures sous forme de tableaux

– mode de représentation de données numériques : tableaux, graphiques simples.

Compléter un tableau (séq. 115)

Présenter et organiser des mesures sous forme de tableaux

– mode de représentation de données numériques : tableaux, graphiques simples.

– Construire un histogramme (séq. 79)

– Construire lire et interpréter des histogrammes (séq. 104)

Calculer avec des nombres entiers Mémoriser des faits numériques et des procédures.

– Tables de l’addition

– Décompositions additives 10 et de 100, compléments à la dizaine supérieure, doubles jusqu’à 20

Mémoriser des faits numériques et des procédures.

– Tables de l’addition et de la multiplication (de 0 à 5)

– Décompositions additives et multiplicatives de 10 et de 100, compléments à la dizaine supérieure, à la centaine supérieure, multiplication par une puissance de 10, doubles et moitiés de nombres d’usage courant

– Organiser le répertoire additif pour le mémoriser (séq. 32)

– Les tables de multiplication de 5, 3 et 4 (séq. 70)

– Les tables de multiplication de 6, 7, 8, 9 et 10 jusqu’à 5 (séq. 82)

Mémoriser des faits numériques et des procédures.

– Tables de l’addition et de la multiplication

– Décompositions additives et multiplicatives de 10 et de 100, compléments à la dizaine supérieure, à la centaine supérieure, multiplication par une puissance de 10, doubles et moitiés de nombres d’usage courant

– Les tables de multiplication de 5, 3 et 4 (séq. 30)

– Les tables de multiplication de 6 à 10 jusqu’à 5 (séq. 39)

– Les tables de multiplication de 6 à 10 (séq. 78)

 

Elaborer ou choisir des stratégies de calcul à l’oral et à l’écrit. Elaborer ou choisir des stratégies de calcul à l’oral et à l’écrit.

– Calcul des multiplications du type 6×20 ou 20×6 (séq. 74)

Elaborer ou choisir des stratégies de calcul à l’oral et à l’écrit.

– Calculer pour approcher et atteindre un nombre (séq. 43)

 

Vérifier la vraisemblance d’un résultat, notamment en estimant son ordre de grandeur.

– Addition, soustraction

– Propriétés implicites des opérations : 2+9, c’est pareil que 9+2

Vérifier la vraisemblance d’un résultat, notamment en estimant son ordre de grandeur.

– Addition, soustraction, multiplication

– Propriétés implicites des opérations : 2+9, c’est pareil que 9+2

– propriétés de la numération : « 50+80, c’est 5 dizaines +8 dizaines, c’est 13 dizaines, c’est 130 »

– 130 c’est 13 groupes de 10 (séq. 47)

– Soixante-dix + cinquante, c’est 7 +5 groupes de dix (séq. 49)

– 43 traits de 10 cm mis bout à bout, 43 billets de 10€ c’est (séq. 89)

– La preuve de la soustraction (séq. 102)

– La calculatrice (séq. 113)

Vérifier la vraisemblance d’un résultat, notamment en estimant son ordre de grandeur.

– Addition, soustraction, multiplication, division

– Propriétés implicites des opérations : idem + 3x5x2 c’est pareil que 3×10

– propriétés de la numération : « 50+80, c’est 5 dizaines +8 dizaines, c’est 13 dizaines, c’est 130 » « 4×60, c’est 4×6 dizaines, c’est 24 dizaines, c’est 240 »

– Sommes de dizaines (séq. 12)

– La preuve de la soustraction (séq. 38)

– La calculatrice (séq. 108)

 

Calcul mental

Calculer mentalement pour obtenir un résultat exact ou évaluer un ordre de grandeur.

– calculer mentalement sur les nombres 1, 2, 5, 10, 20, 50, 100 en lien avec la monnaie

– calculer mentalement sur les nombres 15, 30, 45, 60, 90 en lien avec les durées

Calcul mental

Calculer mentalement pour obtenir un résultat exact ou évaluer un ordre de grandeur.

– calculer mentalement sur les nombres 1, 2, 5, 10, 20, 50, 100 en lien avec la monnaie

– calculer mentalement sur les nombres 15, 30, 45, 60, 90 en lien avec les durées

– Addition (somme ≤ 10) (séq. 2)

– Soustractions mentales (séq. 7)

– La monnaie : former une somme avec des billets et des pièces (séq. 12)

– Stratégie d’appui sur 5 (séq. 13)

– Les doubles (séq. 13)

– Compléments à 10 (séq. 14)

– Soustraction (retirer un grand nombre) (séq. 15)

– Pièces de 2€ et billets de 5 et 10€ (séq. 17)

– Soustraction (retirer un petit nombre) (séq. 18)

– Stratégie de passage de la dizaine (séq. 20)

– Soustraction : cas du type 12-3 (séq. 24)

– Addition : calculs du type « vingt + quarante » (séq. 26)

– Addition : nouvelle dizaine ou non (séq 28)

– Soustraction : cas du type 12-9 (séq. 29)

– Addition : calculs du type « vingt-trois + quarante » (séq. 30)

– Soustractions mentales et comparaisons (séq. 31)

– Soustractions du type 48-6, 42-4 et 48-10 (séq. 36)

– Soustractions du type 32-8 (séq. 37)

– Doubles des nombres 10, 15, 20, 25… (séq. 39)

– Additions : calculs du type « quarante-trois + vingt-huit » (séq. 42)

– Soustractions du type 42-38 (calcul en avançant) (séq. 44)

– Soustractions mentales et comparaisons (séq. 45)

– Invariance de la différence par translation (séq. 57)

– Partager en 2 les nombres 30, 50, 70… (séq. 79)

– Partager en 2 des nombres comme 56, 86… (séq. 88)

– Partager en 5 des nombres jusqu’à 50 (séq. 93)

– Calcul réfléchi de la multiplication : cas du type 30×9 et 300×2 (séq. 95)

– Partager en 5 des nombres jusqu’à 100 (séq. 98)

Calcul mental

Calculer mentalement pour obtenir un résultat exact ou évaluer un ordre de grandeur.

– calculer mentalement sur les nombres 1, 2, 5, 10, 20, 50, 100 en lien avec la monnaie

– calculer mentalement sur les nombres 15, 30, 45, 60, 90 en lien avec les durées

– Les soustractions élémentaires : retirer un petit nombre (séq. 3)

– Somme d’un nombre à 2 chiffres et d’un nombre à 1 chiffre (séq. 5)

– Les soustractions élémentaires : retirer un grand nombre (séq. 8)

– Additions mentales : « cent-trente-cinq + vingt-six » (séq. 13)

– Les compléments à 100 (séq. 15)

– L’euro : 47 pièces de 10 centimes c’est 470 c ou 4€70 (séq. 16)

– Soustractions du type 32-8 et 32-10 en reculant (séq. 19)

– Soustractions du type 42-38 : calcul en avançant (séq. 20)

– Multiplications du type 200×3 et 70×5 (séq. 40)

– Multiples d’un nombre donné (séq. 41)

– Les multiples de 25 (séq. 42)

– Utiliser les tables de multiplication pour partager en 2 (ou 3, 4…) des multiples de 2 (ou 3, 4…) (séq. 45)

– Partages successifs des dizaines et unités : moitié de 70, de 130… (séq. 50)

– Calculer mentalement le double de tout nombre <100 (séq. 51)

– Réversibilité de l’addition et de la soustraction (séq. 52)

– Les compléments à 1000

– Multiplier par 10 des nombres à 3 chiffres (séq. 88)

– Les multiples de 250 (séq. 103)

Calculer avec des nombres entiers

 

Calcul en ligne

Calculer en utilisant des écritures en lignes additives, soustractives.

Calcul en ligne

Calculer en utilisant des écritures en lignes additives, soustractives, multiplicatives.

– 5×36=5x2x18=10×18=180

– 5×36=150+30=180

– Calcul en ligne des multiplications du type 36×4 (séq. 76)

– La multiplication en ligne : cas des nombres à 3 chiffres (séq. 100)

Calcul en ligne

Calculer en utilisant des écritures en lignes additives, soustractives, multiplicatives, mixtes.

+ utiliser des écritures en ligne du type 21=4×5+1 pour trouver le quotient et le reste de la division de 21 par 4 (ou par 5)

– La multiplication en ligne par un nombre à 1 chiffre (séq. 48)

 

 

Calcul posé

Mettre en œuvre un algorithme de calcul posé pour l’addition, la soustraction (sans retenue).

– l’apprentissage des techniques opératoires posées (addition, soustraction) se fait en lien avec la numération et les propriétés des opérations.

Calcul posé

Mettre en œuvre un algorithme de calcul posé pour l’addition, la soustraction, la multiplication.

– l’apprentissage des techniques opératoires posées (addition, soustraction, multiplication) se fait en lien avec la numération et les propriétés des opérations.

– L’addition en colonnes (séq. 51)

– La soustraction en colonnes avec des nombres à deux chiffres (séq. 58)

– Distinguer des soustractions avec ou sans retenues (séq. 59)

– La multiplication en colonnes (séq. 83)

– Calculer une addition en colonnes (nombres à 3 chiffres) (séq. 90)

– Calculer une soustraction en colonnes (nombres à 3 chiffres) (séq. 94)

– Algorithmes numériques (séq. 105)

– La multiplication en colonnes (cas des nombres à 3 chiffres) (séq. 108)

Calcul posé

Mettre en œuvre un algorithme de calcul posé pour l’addition, la soustraction, la multiplication.

– l’apprentissage des techniques opératoires posées (addition, soustraction, multiplication) se fait en lien avec la numération et les propriétés des opérations.

– Réfléchir l’addition en colonnes (séq. 24)

– Vers la soustraction en colonnes (séq. 31)

– La soustraction en colonnes (séq. 33)

– Distinguer les soustractions avec et sans retenues (séq. 34)

– La multiplication en colonnes par un nombre à 1 chiffre (séq. 56)

– Calcul réfléchi de la division : partager centaines, dizaines et unités (séq. 72)

– Technique écrite de la division (diviseur ≤ 5) (séq. 77)

– Les opérations en colonnes avec les nombres à 4 chiffres (séq. 86)

– Multiplier par 20, 30, 40, 50… des nombres à 2 et 3 chiffres (séq. 91)

– Multiplier par un nombre à 2 chiffres (technique développée (séq. 92)

– La multiplication en colonnes par un nombre à 2 chiffres (séq. 96)

 

Objectifs Année 1 – CP Année 2 – CE1 Année 3 – CE2
GRANDEURS ET MESURES
Comparer, estimer, mesurer des longueurs, des masses, des contenances, des durées. Utiliser le lexique, les unités, les instruments de mesures spécifiques pour ces grandeurs
 
Comparer des objets selon plusieurs grandeurs et identifier quand il s’agit d’une longueur, d’une masse.

– lexique spécifique associé aux longueurs, aux masses.

Comparer des objets selon plusieurs grandeurs et identifier quand il s’agit d’une longueur, d’une masse, d’une contenance ou d’une durée.

– lexique spécifique associé aux longueurs, aux masses.

Comparer des objets selon plusieurs grandeurs et identifier quand il s’agit d’une longueur, d’une masse, d’une contenance ou d’une durée.

– lexique spécifique associé aux longueurs, aux masses, aux contenances, aux durées.

–  Heures et durée : ajouter une durée à une heure donnée (séq. 73)

Comparer des longueurs, des masses, directement, en introduisant la comparaison à un objet intermédiaire ou par mesurage (étalon, double décimètre)

– juxtaposer des objets pour comparer leur longueur

Comparer des longueurs, des masses, directement, en introduisant la comparaison à un objet intermédiaire ou par mesurage (étalon, double décimètre)

– juxtaposer des objets pour comparer leur longueur

Comparer des longueurs, des masses et des contenances, directement, en introduisant la comparaison à un objet intermédiaire ou par mesurage (étalon, double décimètre, compas)

– juxtaposer des objets pour comparer leur longueur

–  Les groupements de 10 et de 100 quand l’unité est le mm  (séq. 23)

–  Reporter une longueur avec une bande de papier ou le compas (séq. 49)

–  En L combien de fois l (séq. 59)

Estimer les ordres de grandeurs de quelques longueurs en relation avec les unités métriques.

– ordre de grandeur des unités usuelles en les associant à quelques objets familiers.

Estimer les ordres de grandeurs de quelques longueurs, masses en relation avec les unités métriques.

Vérifier éventuellement avec un instrument (double décimètre, balance).

– ordre de grandeur des unités usuelles en les associant à quelques objets familiers.

 

Estimer les ordres de grandeurs de quelques longueurs, masses en relation avec les unités métriques.

Vérifier éventuellement avec un instrument (double décimètre, balance).

– ordre de grandeur des unités usuelles en les associant à quelques objets familiers.

–  Mesures de longueur : le pouce et le cm  (séq.2)

–  Le mètre : favoriser l’intuition de 1 m, 2 m, 3m… (séq. 83)

–  Lire une balance graduée (séq. 98)

Mesurer des longueurs avec un instrument adapté, notamment en reportant une unité (étalon).

Mesurer des masses avec des instruments adaptés.

Exprimer une mesure dans une ou plusieurs unités choisies ou imposées

– notion d’unité : grandeur arbitraire prise comme référence pour mesurer les grandeurs de la même espèce

– unités de mesures usuelles : Longueur : cm

Masse : g, kg

Mesurer des longueurs avec un instrument adapté, notamment en reportant une unité.

Mesurer des masses et des contenances avec des instruments adaptés.

Encadrer une grandeur par 2 nombres entiers d’unités.

Exprimer une mesure dans une ou plusieurs unités choisies ou imposées

– notion d’unité : grandeur arbitraire prise comme référence pour mesurer les grandeurs de la même espèce

– unités de mesures usuelles : Longueur : m, cm, km ; Masse : g, kg

– relation entre les unités de longueur, entre les unités de masses.

–     Mesures de longueur : reporter un étalon (séq. 25)

–     Mesures de longueur : le centimètre (séq. 27)

–     Utiliser le double décimètre (séq. 50)

–     Le mètre (séq. 60)

–     13 fois 10 cm c’est 130 cm ou 1 m et 30 cm (séq. 61)

–     Les masses : le gramme (séq. 97)

–     Le kilomètre (séq. 110)

Mesurer des longueurs avec un instrument adapté, notamment en reportant une unité.

Mesurer des masses et des contenances avec des instruments adaptés.

Encadrer une grandeur par 2 nombres entiers d’unités.

Exprimer une mesure dans une ou plusieurs unités choisies ou imposées

– notion d’unité : grandeur arbitraire prise comme référence pour mesurer les grandeurs de la même espèce

– unités de mesures usuelles : Longueur : m, dm, cm, mm, km ; Masse : g, kg, tonne ; Contenance : L, dl, cl

– relation entre les unités de longueur, entre les unités de masses, entre les unités de contenances.

–  Mesures de longueur : le pouce et le cm (séq.2)

–  Mesure de longueurs : le mm (séq. 21)

–  Le gramme et le kilogramme (séq. 87)

–  Le mètre, le décimètre et le millimètre (séq. 93)

–  Les contenances : litres et centilitres (séq. 99)

Comparer, estimer, mesurer des durées

– unités usuelles de durées : jour, semaine, mois, année.

– relation entre ces unités.

Utiliser un sablier, des horloges et des montres à aiguilles et à affichage digital.

Lien EPS et Questionner le monde

Comparer, estimer, mesurer des durées

– unités usuelles de durées : j, semaine, h, min, mois, année.

– relation entre ces unités.

Utiliser un sablier, des horloges et des montres à aiguilles et à affichage digital, un chronomètre.

Lien EPS et Questionner le monde

–     Lecture de l’heure : aiguille des heures (séq. 40)

–     Lecture de l’heure : aiguilles des heures et des minutes (séq. 77)

Comparer, estimer, mesurer des durées

– unités usuelles de durées : j, semaine, h, min, sec, mois, année, siècle, millénaire.

– relation entre ces unités

Utiliser un sablier, des horloges et des montres à aiguilles et à affichage digital, un chronomètre.

Lien EPS et Questionner le monde

–  Mesures de longueur : le pouce et le cm  (séq.2)

–  Mesures de longueur le mm (séq. 21)

–  Lecture de l’heure (séq. 44)

–  Heures et durée : ajouter une durée à une heure donnée (séq. 73)

–  Heures et durée : calculer la durée entre deux horaires (séq. 75)

Dans des cas simples, représenter une grandeur par une longueur, notamment sur une demi-droite graduée.
Résoudre des problèmes de longueurs, masses, durées, prix, Contenances Résoudre des problèmes, notamment de mesurage et de comparaison, en utilisant les opérations sur les grandeurs ou sur les nombres.
Résoudre des problèmes impliquant des conversions simples d’une unité usuelle à une autre.

Convertir avant de calculer si nécessaire.

Résoudre des problèmes impliquant des conversions simples d’une unité usuelle à une autre.

Convertir avant de calculer si nécessaire.

Résoudre des problèmes impliquant des conversions simples d’une unité usuelle à une autre.

Convertir avant de calculer si nécessaire.

 

 

 

 

Objectifs Année 1 – CP Année 2 – CE1 Année 3 – CE2
ESPACE ET GÉOMÉTRIE
Se repérer et se déplacer en utilisant des repères Se repérer dans son environnement proche.

Situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à d’autres repères.

– vocabulaire permettant de définir des positions : gauche, droite, au-dessus, en-dessous, sur, sous, devant, derrière, près, loin

– vocabulaire permettant de définir des déplacements (avancer, reculer, tourner à droite / à gauche, monter, descendre)

Se repérer dans son environnement proche.

Situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à d’autres repères.

– vocabulaire permettant de définir des positions : + premier plan, second plan

– vocabulaire permettant de définir des déplacements (avancer, reculer, tourner à droite / à gauche, monter, descendre)

Se repérer dans son environnement proche.

Situer des objets ou des personnes les uns par rapport aux autres ou par rapport à d’autres repères.

– vocabulaire permettant de définir des positions : gauche, droite, premier plan, second plan, nord, sud, est, ouest

– vocabulaire permettant de définir des déplacements (avancer, reculer, tourner à droite / à gauche, monter, descendre)

Produire des représentations des espaces familiers : les espaces scolaires extérieurs proches

– des photos

Produire des représentations des espaces familiers : les espaces scolaires extérieurs proches, le quartier

– des photos, des maquettes

Produire des représentations des espaces familiers (le village) et moins familiers (vécus lors de sorties)

– de la photo, à la maquette et au plan

S’orienter et se déplacer en utilisant des repères.

Coder et décoder pour prévoir, représenter et réaliser des déplacements dans des espaces familiers, sur un quadrillage.

S’orienter et se déplacer en utilisant des repères.

Coder et décoder pour prévoir, représenter et réaliser des déplacements dans des espaces familiers, sur quadrillage, sur écran.

–  Quadrillages : codage de nœuds et de déplacements (séq. 78)

S’orienter et se déplacer en utilisant des repères.

Coder et décoder pour prévoir, représenter et réaliser des déplacements dans des espaces familiers, sur quadrillage, sur écran.

 

Reconnaître, nommer, décrire,

Reproduire quelques solides

Reconnaître et trier les solides usuels, parmi des solides variés.

Décrire et comparer des solides en utilisant le vocabulaire approprié.

Reconnaître et trier les solides usuels, parmi des solides variés.

Décrire et comparer des solides en utilisant le vocabulaire approprié.

–     Les solides : les cylindres (séq. 108)

–     Les solides : les tétraèdres (séq. 110)

–     Les solides : pavés et cubes (séq. 112)

Reconnaître et trier les solides usuels, parmi des solides variés.

Décrire et comparer des solides en utilisant le vocabulaire approprié.

–  Chercher les figures qui ont des propriétés données (séq. 60)

–  Les solides : les cylindres (séq. 102)

–  Les solides : prismes triangulaires (séq. 105)

–  Les solides : les pavés, les pavés droits et le cube (séq. 106)

Reproduire des solides.

Fabriquer un cube à partir d’un patron fourni.

– vocabulaire approprié pour nommer des solides, décrire des polyèdres (face, sommet, arête)

– les faces d’un cube sont des carrés

 

Reproduire des solides.

Fabriquer un cube à partir d’un patron fourni.

– vocabulaire approprié pour nommer des solides, décrire des polyèdres (face, sommet, arête)

– les faces d’un cube sont des carrés

–     Les solides : les cylindres (séq. 108)

–     Les solides : les tétraèdres (séq. 110)

–     Les solides : pavés et cubes (séq. 112)

Reproduire des solides.

– vocabulaire approprié pour nommer des solides, décrire des polyèdres (face, sommet, arête)

– les faces d’un pavé droit sont des rectangles

–  Les solides : le cylindre (séq. 102)

–  Les solides : prismes triangulaires (séq. 105)

–  Les solides : les pavés, les pavés droits et le cube (séq. 106)

Reconnaître, nommer, décrire, reproduire,  construire quelques figures

 

Décrire, reproduire des figures ou des assemblages de figures planes sur papier quadrillé ou uni.

Utiliser la règle comme instrument de tracé.

Décrire, reproduire des figures ou des assemblages de figures planes sur papier quadrillé ou uni.

Utiliser la règle et l’équerre comme instrument de tracé.

–     Tracer à la règle (séq. 3)

–     Reproduire une figure en utilisant des repères et la règle (séq. 7)

–     L’angle droit et l’équerre (séq. 55)

–     Reproduction de figures sur quadrillage (séq. 87)

Décrire, reproduire des figures ou des assemblages de figures planes sur papier quadrillé ou uni.

Utiliser la règle, le compas, l’équerre.

–  L’angle droit et le rectangle (séq. 66)

–  Construction de rectangles (séq. 68)

–  Le carré est aussi un losange particulier (séq. 69)

 

Reconnaître, nommer les figures usuelles : triangle, rectangle, carré.

Reconnaître et décrire à partir des côtés et des angles droits, un carré, un rectangle.

Reconnaître, nommer les figures usuelles : les polygones, triangles et quadrilatères.

Reconnaître et décrire à partir des côtés et des angles droits, un carré, un rectangle, un triangle rectangle. Les construire sur un support uni connaissant la longueur des côtés.

–     Polygones, triangles et quadrilatères (séq. 56)

–     Le rectangle (séq. 65)

–     Le triangle rectangle (séq. 66)

–     Le rectangle et le carré (séq. 75)

Reconnaître, nommer les figures usuelles : rectangle, carré, triangles, cercle.

Reconnaître et décrire à partir des côtés et des angles droits, un carré, un rectangle, un triangle rectangle. Les construire sur un support uni connaissant la longueur des côtés.

–  Le cercle (séq. 35)

–  Le rectangle (séq. 66)

–  Le carré (séq. 69)

Construire un cercle. Construire un cercle connaissant son centre et un point, ou son centre et son rayon.

–  Le cercle et le compas (séq. 35)

Connaître le vocabulaire approprié pour décrire les figures planes (carré, rectangle, triangle, côté, sommet)

– propriétés des angles et égalité de longueur des côtés pour les carrés et rectangles.

Connaître le vocabulaire approprié pour décrire les figures planes (carré, rectangle, triangle, triangle rectangle, polygone, côté, sommet, angle droit, segment, milieu, droite)

– propriétés des angles et égalité de longueur des côtés pour les carrés et rectangles.

–     Le milieu d’une ligne brisée (séq. 99)

Connaître le vocabulaire approprié pour décrire les figures planes (carré, rectangle, triangle, triangle rectangle, polygone, côté, sommet, angle droit, cercle, disque, rayon, centre, segment, milieu, droite)

– propriétés des angles et égalité de longueur des côtés pour les carrés et rectangles.

–  Le cercle (séq. 35)

–  Milieu d’un trait droit (séq. 58)

–  Le carré (séq. 69)

Utiliser la règle non graduée pour repérer et produire des alignements. Repérer et produire des angles droits à l’aide d’un gabarit. Utiliser la règle non graduée pour repérer et produire des alignements. Repérer et produire des angles droits à l’aide d’un gabarit, d’une équerre.

–  Chercher des alignements de points (séq. 21)

Repérer et produire des angles droits à l’aide d’un gabarit, d’une équerre.

–  Les angles : angles quelconques (séq. 57)

–  L’angle droit (séq. 66)

Reconnaître si une figure présente un axe de symétrie (à trouver). Reconnaître si une figure présente un axe de symétrie (à trouver).

Compléter une figure pour qu’elle soit symétrique par rapport à un axe.

–   Tracer une figure pour qu’elle ait un axe de symétrie (séq. 101)

Reconnaître si une figure présente un axe de symétrie (à trouver).

Compléter une figure pour qu’elle soit symétrique par rapport à un axe.

–  Les axes de symétrie d’une figure (séq. 74)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Quand j'entends, j'oublie. Quand je vois, je me souviens. Quand je fais, je comprends. (Confucius)