Mise en place dans la classe

Mettre en place des Ceintures de Comportement n’est pas toujours aisé, surtout quand les habitudes de l’école en sont éloignées. L’enseignant se pose beaucoup de questions : Comment faire quand les collègues ne partagent pas cette façon de voir les choses ? Comment les parents vont-ils accueillir ce nouveau fonctionnement ?
Tout d’abord, la mise en place des Ceintures dans une seule classe de l’école reste tout à fait possible. Cette solution permet d’ailleurs à l’enseignant de mettre en place les Ceintures, à son rythme, sans se soucier du regard extérieur de ses collègues. Il s’imprègne, apprend, comprend chaque jour un peu plus. L’année d’après, la mise en place est facilitée : les erreurs faites la première année ne sont plus renouvelées.
Puis progressivement les collègues voient la différence. Ils s’étonnent de voir comment l’enseignant est parvenu à gérer telle cohorte d’élèves qui était pourtant si difficile à gérer l’année précédente. D’autres s’intéressent, questionnent et demandent des Conseils pour se lancer. Progressivement, une seconde, puis une troisième classe va se lancer. L’expérience acquise va permettre de pouvoir Conseiller et aider les col-lègues.

Avant de réfléchir à la mise en place des Ceintures de Comportement dans sa classe, il faut tout d’abord bien s’imprégner du principe des Ceintures. Il faut aussi bien comprendre que changer une partie de l’ensemble est possible mais que cet ensemble est un « système en équilibre» (au sens mécanique du terme) et que si l’on en modifie un seul élément, tout l’ensemble peut s’en trouver déséquilibré. Il est nécessaire de savoir bien repérer les éléments qui sont des piliers fondamentaux, qu’il ne faut absolument pas bouger. Pour ma part, je conserve comme ligne maîtresse l’idée de pouvoir toujours trouver un sens à ce qui est mis en place. Si le bon sens et la logique ne me permettent pas d’expliquer un point du dis-positif c’est que ce point n’est pas à sa place. Il faut donc rester vigilant et opérer avec prudence et parcimonie pour toute modification éventuelle.

Voilà le déroulé possible d’une mise en place dans une classe.

Le vendredi de la semaine précédente : Le maître explique qu’à par-tir de la semaine suivante le fonctionnement dans la classe sera modifié : tous les enfants auront une Ceinture de Comportement ; il y aura un permis de conduite.

Lundi, premier jour : Le maître explique le fonctionnement du permis de conduite. Le but est d’expliquer les points principaux, d’évoquer les avantages dont pourront bénéficier ceux qui respecteront les règles. Il n’est pas nécessaire de rentrer dans le détail de toutes les Ceintures. Évoquer les avantages qu’auront ceux qui obtiendront la Ceinture Jaune ou orange est suffisant pour le moment, car il s’agira pour les enfants des premiers buts à atteindre. Les autres Ceintures seront expliquées au fur et à mesures que les enfants y arriveront. Les trois premières semaines vont permettre de faire comprendre aux enfants la trame principale des Ceintures : le barème des infractions, l’utilisation du permis de conduite, les pastilles rouges, la sanction lors de la perte de la totalité des points, la fonction du cahier du Conseil, le Conseil…
Voilà ce que l’on peut dire aux enfants : « Au début de chaque semaine, chacun des enfants aura vingt points sur son permis et lorsqu’il fera une infraction au Règlement de la Classe, il perdra un ou plusieurs points. S’il perd tous ses points il aura une sanction (copie de la Loi ou du règlement, si possible dans une autre classe), mais s’il conserve au moins neuf points sur son permis, pendant trois semaines, il pourra passer sa Ceinture Jaune. S’il n’a pas perdu plus de cinq points durant les trois semaines précédentes, il aura le droit de passer la Ceinture Orange : il pourra se déplacer dans la classe, sans autorisation, pour aller à la biblio-thèque, aux ordinateurs (en fonction de ce qui pourrait devenir un véritable attrait pour les élèves) … »
Cette période est la plus pénible à tenir pour l’enseignant, car il doit s’occuper de tout : la tenue du permis de conduite, rester ferme sur les infractions, expliquer le fonctionnement, servir de médiateur, présider le Conseil… En fait, cette période est importante car c’est une période de modélisation. En effet, la façon d’agir de l’enseignant servira d’exemple pour les élèves qui disposeront quelques semaines plus tard de ces mêmes Droits.

Le vendredi durant les deux premières semaines : Le Conseil a lieu. L’enseignant est Président. Il ouvre le Conseil et commence par la lecture du permis de conduite, c’est à dire qu’il annonce pour chacun des enfants de la classe le nombre de points qui lui restent. Ceux qui ont perdu trop de points, c’est à dire ceux pour qui il reste moins de cinq points , de-viennent « pastille rouge ». Sur un tableau où sont apposées des petites étiquettes de couleur plastifiées , fixées par de la pâte adhésive, le maître retourne alors (ou demande à un élève) leur Ceinture sur le verso (coloré en rouge). Comme les Droits sont minimes pour la Ceinture Blanche, cela ne change pas grand-chose. Les détails seront compris par les enfants au fur et à mesure.
En général, il y a quelques enfants qui ont perdu tous leurs points. Ils peuvent alors s’imaginer que la perte de ces points sur leur permis de conduite n’est pas très contraignante et peut paraître plutôt avantageuse par rapport à ce qui existait précédemment. Cette attitude va disparaître dès que l’enfant va s’apercevoir que les Droits dans la classe (les situations valorisantes), ne sont donnés qu’en fonction de la Ceinture, de manière institutionnalisée. Les passe-Droits ne sont plus possibles ; l’arbitraire devient exclu. Chacun, à situation analogue, recevra les mêmes Droits (libre à lui de faire ce qu’il faut pour cela).
Quand un enfant qui est encore Ceinture Blanche me demande s’il peut être responsable ou présider le bilan de sport, je lui réponds: « Oui, quand tu seras Ceinture Jaune » (ou autre). Au bout d’un moment, plus ou moins long, le passage de la Ceinture devient pour lui une priorité.

Le lundi de la troisième semaine : l’enseignant prévient que ce vendredi, les enfants qui n’ont pas perdu plus de douze points (c’est-à-dire qui ont conservé encore neuf points ) depuis trois semaines sur leur permis de conduite pourront passer leur Ceinture Jaune. Que les enfants qui n’ont pas perdu plus de cinq points (il leur en reste seize ) sur le permis de cette semaine et sur celui des deux semaines précédentes pourront passer leur Ceinture Orange et que ces derniers auront alors le droit de se déplacer dans la classe, quand ils auront terminé leur travail, pour aller à la bibliothèque, jeter un papier… mais qu’en contrepartie, tous les points qu’ils perdront seront doublés. Les enfants qui désire-raient passer leur Ceinture devront s’inscrire sur le cahier du Conseil avant le Conseil du vendredi. Le maître peut alors aider les premiers élèves à écrire les demandes.
Le vendredi de la troisième semaine : Lors du Conseil, l’enseignant procède à la lecture des permis de conduite et annonce les enfants qui seront « pastille rouge » la semaine suivante. Il lit ensuite le cahier du Conseil et notamment les demandes de passages de Ceintures. Pour chaque demande effectuée, le maître lit (ou fait lire ) les critères d’obtention des Ceintures et vérifie que le demandeur dispose bien des points requis. Pour cela, il regarde dans le classeur où sont archivés les permis de conduite et vérifie si l’enfant n’a pas perdu plus de douze points (pour la Ceinture Jaune), ou cinq points (pour la Ceinture Orange) pour chacune des trois dernières semaines. Attention, comme les points de la Ceinture Orange sont doublés, il faut doubler le nombre de points perdus et vérifier que cela ne dépasse pas la limite du dix : par exemple, un enfant qui a perdu six points en tant que Ceinture Jaune ou blanche, aurait perdu douze points en tant que Ceinture Orange (puisqu’il aurait dû doubler chacun de ses points perdus) donc, il ne répond plus au critère demandant à ce qu’il dispose des points de la Ceinture qu’il convoite. Si tous les critères de la Ceintures sont valides, le maître annonce « décision du Conseil : untel a passé sa Ceinture Jaune (ou orange) ». Il demande à l’enfant de décrocher du panneau mural sa Ceinture Blanche et lui donne en échange sa nouvelle Ceinture qu’il vient fixer sur le tableau des Ceintures. Il est possible de donner en plus le diplôme correspondant que l’enfant peut alors ramener chez lui.
Les enfants qui ont réussi à passer une Ceinture peuvent commencer à se proposer pour effectuer des responsabilités pour la classe. La classe vote à la majorité absolue, mais si un seul enfant se présente, l’enfant est élu d’office .

Le lundi de la quatrième semaine : Les enfants qui ont été élus pour effectuer des responsabilités dans la classe commencent à les exercer. Ils peuvent se faire aider par le maître. Le maître peut également confectionner des fiches techniques (qu’ils conservent durant la durée de leur responsabilité) pour les y aider. Les enfants qui ont atteint la Ceinture Orange obtiennent un permis de circulation pour se déplacer dans la classe, lorsque leur travail est terminé. Il est nécessaire de bien expliquer que le permis de circulation est acquis de manière automatique au-delà de la Ceinture Orange, mais qu’il peut être suspendu, indépendamment de la Ceinture, en cas d’abus (par exemple une semaine de suspension du permis de circuler, pour le déplacement répétitif d’un enfant Ceinture Orange alors que le travail à faire n’était pas terminé). Cette suspension peut aller jusqu’à trois semaines en cas de besoin, mais il n’y a aucun intérêt à aller au-delà, car l’objectif n’est pas de bloquer un comportement inadéquat, mais de le faire évoluer de manière positive. Cette suspension reste totalement indépendante de l’obtention de la Ceinture, c’est à dire que la Ceinture reste acquise avec tous les autres avantages de cette Ceinture, mais que les déplacements sans autorisation ne sont plus possibles provisoirement.
C’est à ce moment que les enfants qui ne sont pas encore entrés dans le système des Ceintures vont commencer à trouver intéressant d’avoir une Ceinture plus importante. Le maître n’aura besoin que de leur répéter qu’eux aussi pourront effectuer ces mêmes responsabilités, lorsqu’ils auront atteint la Ceinture Orange.

Les vendredis suivants : lors des Conseils, les permis de conduite sont lus et les enfants qui n’ont pas conservé le nombre minimal de points autorisé par leur Ceinture deviennent « pastille rouge » pour toute la semaine suivante. Leur Ceinture est retournée du côté rouge. Ces enfants ne peuvent plus se présenter pour obtenir un métier ; ils n’ont plus le droit de se déplacer dans la classe ; ne peuvent plus être choisis pour présider les différents bilans de la classe…
Les enfants qui ont la Ceinture Orange, et qui ont conservé les points correspondant à la Ceinture Verte, peuvent se présenter pour passer la Ceinture Verte. La Ceinture Jaune peut être sautée, à condition de disposer des points suffisants, mais toutes les Ceintures supérieures doivent être passées successivement, car elles demandent l’obtention de capacités particulières liées à l’expérience de la Ceinture inférieure.

À partir de la Ceinture Verte, les enfants peuvent essayer de présider le Conseil. Au début, le maître va devoir les aider. L’aide pourra ensuite être apportée par un élève qui aura déjà l’habitude de présider. L’enfant va devoir également apprendre à régler les problèmes qui sont inscrits dans le cahier du Conseil. Ces deux points sont nécessaires pour pouvoir passer la Ceinture Bleue.
La Ceinture Bleue est la première qui va poser de réelles difficultés à certains enfants. En effet, cette Ceinture nécessite, outre un comporte-ment adéquat, certaines aptitudes sociales. Les enfants doivent être véritablement capables de présider le Conseil et de régler des problèmes dans la classe. La Ceinture bleue est votée à la majorité. Le but ici n’est pas d’avoir de la compassion pour certains enfants et de leur faciliter l’obtention de cette ceinture. Qu’importe si tous les enfants n’atteignent pas la Ceinture Bleue : ce n’est pas l’objectif à atteindre. Il faut que cette ceinture devienne un véritable obstacle pour la plupart des enfants et que seuls les enfants disposant réellement de ces capacités, puissent la passer. Attention, quand je dis cela, je me projette sur l’ensemble de la scolarité primaire et non plus sur la seule année scolaire. Je sais que rien n’est figé dans le temps et qu’un enfant qui n’est pas capable en CE2 ou en CM1 de devenir Ceinture Bleue, peut le devenir en CM2. Il est indispensable de ne pas tricher avec les enfants, sur ce que l’on attend des ceintures élevées. C’est la condition essentielle pour que ces enfants timides acceptent de faire les efforts nécessaires afin de parvenir à se mettre en avant. Les enfants titulaires de ces ceintures élevées doivent être considérés comme des exemples pour les autres, en tous points de vue. Un enfant trop sage, voire inhibé, n’est pas un exemple, alors qu’un enfant qui propose, qui aide, qui est médiateur pour les autres et qui en outre possède un comportement exemplaire, devient véritablement un exemple positif pour les autres enfants.
À partir de cette ceinture, les enfants vont pouvoir gérer la feuille du permis de conduite, ce qui va libérer du temps pour le maître. Ces enfants sauront également présider le Conseil seuls. La tâche de l’enseignant va en devenir facilitée car il pourra compter sur un ou plusieurs enfants qui disposeront de sa confiance et de celle de la classe. Celui-ci va pouvoir s’appuyer sur eux en donnant un véritable sens au mot « confiance ». Attention ! Cette confiance n’est pas donnée sans contrepartie. L’enfant doit comprendre que la confiance est très longue à obtenir, mais qu’il suffit d’une seule fois pour la perdre ! Toute infraction de trois points ou plus concernant la confiance ou le respect, effectuée par une Ceinture Bleue ou marron se traduit par le retrait immédiat de cette Ceinture et la rétro-gradation à la Ceinture Verte. Car si les Ceintures jusqu’à la verte incluse ne peuvent être enlevées à un élève, les Ceintures bleue ou marron, qui nécessitent la confiance et l’exemplarité, peuvent se perdent.
À ce niveau, le système des Ceintures est lancé, le maître se libère un temps précieux et il n’est plus exposé aux conflits des uns et des autres. Il y a maintenant quelque chose qui se trouve placé entre l’enseignant et l’enfant : le cadre immuable, qui est à la fois souple et solide, des Ceintures de Comportement.

 Page précédente Sommaire  Page suivante