Culture littéraire et artistique

Cycle 3
 

Culture littéraire et artistique

Au cycle 3, les choix de lecture et les activités d’écriture et d’oral qui leur sont liées sont organisés à partir de grandes entrées qui mettent en lumière les finalités de l’enseignement ; ces entrées ne constituent pas en elles-mêmes des objets d’étude, ni des contenus de formation.

Dans les tableaux ci-dessous, elles sont accompagnées d’indications précisant les enjeux littéraires et de formation personnelle. Des indications de corpus permettent de ménager dans la programmation annuelle des professeurs un équilibre entre les genres et les formes littéraires ; elles fixent quelques points de passage obligés, pour faciliter la construction d’une culture commune ; elles proposent des ouvertures vers d’autres domaines artistiques et établissent des liens propices à un travail commun entre différents enseignements.

En CM1 et CM2, on veille à varier les genres, les formes et les modes d’expression (texte seul, texte et image pour les albums et la bande dessinée, image animée pour les films) sur les deux années et à prévoir une progression dans la difficulté et la quantité des lectures. Dans le cas des classes à double niveau, les mêmes œuvres peuvent être proposées à tous les élèves en ménageant des parcours de lecture différents pour les élèves de CM1 et en adaptant les questionnements à la maturité des élèves. Les entrées sont abordées dans l’ordre choisi par le professeur. Une même œuvre ou un ensemble de textes peuvent relever de deux entrées différentes. Cette œuvre et ces textes sont alors travaillés de deux manières différentes, en fonction des questionnements propres à chaque entrée.

En 6e, les entrées sont abordées dans l’ordre choisi par le professeur ; chacune d’elles peut être abordée à plusieurs reprises, à des moments différents de l’année scolaire, selon une problématisation ou des priorités différentes ; le professeur peut aussi croiser deux entrées à un même moment de l’année. Le souci d’assurer la cohérence intellectuelle du travail, l’objectif d’étendre et d’approfondir la culture des élèves, l’ambition de former leur gout et de varier les lectures pour ménager leur intérêt, rendent en tout état de cause nécessaire d’organiser le projet pédagogique annuel en périodes sur un rythme adapté à ces objectifs. Pour le choix des œuvres, le professeur tient compte des œuvres déjà lues et étudiées par les élèves en CM1 et CM2.

Le corpus des œuvres à étudier en 6e est complété par des lectures cursives au choix du professeur, en lien avec les perspectives du programme ou avec les projets interdisciplinaires. Ces lectures sont de genres, de formes et de modes d’expression variés et peuvent relever de la littérature de jeunesse (roman, théâtre, recueils de poésie, recueils de contes et de nouvelles, albums, albums de bande dessinée). On veille à la diversité des œuvres choisies en puisant dans la littérature française, les littératures francophones et les littératures étrangères et régionales ; on sensibilise ainsi les élèves à la diversité des cultures du monde.

CM1-CM2

 

  Héros / héroïnes et personnages La morale en questions  Se confronter au merveilleux, à l’étrange Vivre des aventures Imaginer, dire et célébrer le monde Se découvrir, s’affirmer dans le rapport aux autres

Enjeux littéraires et de formation personnelle

 

– découvrir des œuvres, des textes et des documents mettant en scène des types de héros / d’héroïnes, des héros / héroïnes bien identifiés ou qui se révèlent comme tels ;

– comprendre les qualités et valeurs qui caractérisent un héros / une héroïne ;

– s’interroger sur les valeurs socio-culturelles et les qualités humaines dont il / elle est porteur, sur l’identification ou la projection possible du lecteur.

 

– découvrir des récits, des récits de vie, des fables, des albums, des pièces de théâtre qui interrogent certains fondements de la société comme la justice, le respect des différences, les droits et les devoirs, la préservation de l’environnement ;

– comprendre les valeurs morales portées par les personnages et le sens de leurs actions ;

– s’interroger, définir les valeurs en question, voire les tensions entre ces valeurs pour vivre en société.

 

– découvrir des contes, des albums adaptant des récits mythologiques, des pièces de théâtre mettant en scène des personnages sortant de l’ordinaire ou des figures surnaturelles ;

– comprendre ce qu’ils symbolisent ;

– s’interroger sur le plaisir, la peur, l’attirance ou le rejet suscités par ces personnages.

 

– découvrir des romans d’aventures dont le personnage principal est proche des élèves (enfant ou animal par exemple) afin de favoriser l’entrée dans la lecture ;

– comprendre la dynamique du récit, les personnages et leurs relations ;

– s’interroger sur les modalités du suspens et imaginer des possibles narratifs.

 

– découvrir des poèmes, des contes étiologiques, des paroles de célébration appartenant à différentes cultures ;

– comprendre l’aptitude du langage à dire le monde, à exprimer la relation de l’être humain à la nature, à rêver sur l’origine du monde ;

– s’interroger sur la nature du langage poétique (sans acception stricte de genre).

 

– découvrir des récits d’apprentissage mettant en scène l’enfant dans la vie familiale, les relations entre enfants, l’école ou d’autres groupes sociaux ;

– comprendre la part de vérité de la fiction ;

– s’interroger sur la nature et les difficultés des apprentissages humains.

Indications de corpus

On étudie :

– un roman de la littérature jeunesse ou patrimonial mettant en jeu un héros / une héroïne (lecture intégrale)

 

et

– un récit, un conte ou une fable mettant en jeu un type de héros / d’héroïne ou un personnage commun devenant héros / héroïne

 

ou bien

– un album de bande dessinée reprenant des types de héros / d’héroïnes

 

ou bien

– des extraits de films ou un film reprenant des types de héros / d’héroïnes.

On étudie :

– un roman de la littérature jeunesse ou patrimonial (lecture intégrale),

 

et

des albums, des contes de sagesse, des récits de vie en rapport avec le programme d’enseignement moral et civique et/ou le thème 2 du programme d’histoire de CM2

 

ou bien

– des fables posant des questions de morale, des poèmes ou des chansons exprimant un engagement

 

ou bien

– une pièce de théâtre de la littérature de jeunesse.

On étudie :

– en lien avec des représentations proposées par la peinture, la sculpture, les illustrations, la bande dessinée ou le cinéma, un recueil de contes merveilleux ou de contes et légendes mythologiques (lecture intégrale)

et

– des contes et légendes de France et d’autres pays et cultures

 

ou bien

– un ou des albums adaptant des récits mythologiques

 

ou bien

– une pièce de théâtre de la littérature de jeunesse.

On étudie :

– un roman d’aventures de la littérature de jeunesse (lecture intégrale) dont le personnage principal est un enfant ou un animal

 

et

– des extraits de différents classiques du roman d’aventures, d’époques variées

 

ou bien

– un album de bande dessinée.

 

On étudie :

– un recueil de poèmes

 

et

– des poèmes de siècles différents, célébrant le monde et/ou témoignant du pouvoir créateur de la parole poétique

 

ou bien

– des contes étiologiques de différentes cultures.

 

 

On étudie :

– un roman d’apprentissage de la littérature jeunesse ou patrimonial

 

et

– des extraits de différents classiques du roman d’apprentissage, d’époques variées ou de récits autobiographiques

 

ou bien

– des extraits de films ou un film autant que possible adapté de l’une des œuvres étudiées

 

ou bien

– des poèmes exprimant des sentiments personnels.

 

Sixième

 

  Le monstre, aux limites de l’humain Récits d’aventures Récits de création ; création poétique Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques

Enjeux littéraires et de formation personnelle

 

– découvrir des œuvres, des textes et des documents mettant en scène des figures de monstres ;

– comprendre le sens des émotions fortes que suscitent la description ou la représentation des monstres et le récit ou la mise en scène de l’affrontement avec eux ;

– s’interroger sur les limites de l’humain que le monstre permet de figurer et d’explorer.

 

– découvrir des œuvres et des textes qui, par le monde qu’ils représentent et par l’histoire qu’ils racontent, tiennent en haleine le lecteur et l’entrainent dans la lecture ;

– comprendre pourquoi le récit capte l’attention du lecteur et la retient ;

– s’interroger sur les raisons de l’intérêt que l’on prend à leur lecture.

 

– découvrir différents récits de création, appartenant à différentes cultures et des poèmes de célébration du monde et/ou manifestant la puissance créatrice de la parole poétique;

– comprendre en quoi ces récits et ces créations poétiques répondent à des questions fondamentales, et en quoi ils témoignent d’une conception du monde ;

– s’interroger sur le statut de ces textes, sur les valeurs qu’ils expriment, sur leurs ressemblances et leurs différences.

 

– découvrir des textes de différents genres mettant en scène les ruses et détours qu’invente le faible pour résister au plus fort ;

– comprendre comment s’inventent et se déploient les ruses de l’intelligence aux dépens des puissants et quels sont les effets produits sur le lecteur ou le spectateur ;

– s’interroger sur la finalité, le sens de la ruse, sur la notion d’intrigue et sur les valeurs mises en jeu.

 

Indications de corpus

On étudie :

– en lien avec des documents permettant de découvrir certains aspects de la figure du monstre dans la peinture, la sculpture, l’opéra, la bande dessinée ou le cinéma, des extraits choisis de l’Odyssée et/ou des Métamorphoses, dans une traduction au choix du professeur ;

 

et

– des contes merveilleux et des récits adaptés de la mythologie et des légendes antiques, ou des contes et légendes de France et d’autres pays et cultures ;

 

ou bien

– des extraits de romans et de nouvelles de différentes époques.

On étudie :

– un classique du roman d’aventures (lecture intégrale)

 

et

– des extraits de différents classiques du roman d’aventures, d’époques variées et relevant de différentes catégories

 

ou bien

– des extraits de films d’aventures ou un film d’aventures autant que possible adapté de l’un des livres étudiés ou proposés en lecture cursive.

 

On étudie :

– en lien avec le programme d’histoire (thème 2 : « Croyances et récits fondateurs dans la Méditerranée antique au 1er millénaire avant Jésus-Christ »), un extrait long de La Genèse dans la Bible (lecture intégrale) 

– des extraits significatifs de plusieurs des grands récits de création d’autres cultures, choisis de manière à pouvoir opérer des comparaisons

 

et

– des poèmes de siècles différents, célébrant le monde et/ou témoignant du pouvoir créateur de la parole poétique.

On étudie :

– des fables et fabliaux, des farces ou soties développant des intrigues fondées sur la ruse et les rapports de pouvoir

 

et

– une pièce de théâtre (de l’Antiquité à nos jours) ou un film sur le même type de sujet (lecture ou étude intégrale).

 

Croisements entre enseignements

Au cycle 3 comme au cycle 2, les activités langagières sont constitutives de toutes les séances d’apprentissage et de tous les moments de vie collective qui permettent, par leur répétition, un véritable entrainement si l’attention des élèves est mobilisée sur le versant langagier ou linguistique de la séance.

Au CM1 et au CM2, l’ensemble de l’enseignement du français revient au professeur des écoles et les horaires d’enseignement prévoient que les activités d’oral, de lecture, d’écriture soient intégrées dans l’ensemble des enseignements, quotidiennement, pour une durée hebdomadaires de 12 heures.

En 6e, compte tenu du volume hebdomadaire plus restreint dévolu à l’enseignement de la discipline, les professeurs de français ont plus spécifiquement la charge de la dimension littéraire de cet enseignement dans le domaine du langage oral, de la lecture, de l’écriture ainsi que celle de l’étude de la langue française.

Il appartient donc à chaque professeur du collège d’identifier dans les programmes les éléments pour lesquels sa discipline contribue pleinement au développement de la maitrise du langage oral et à la construction des compétences en lecture et en écriture et de veiller aux acquisitions linguistiques propres à sa discipline (lexique, formulations spécifiques). La rigueur et la régularité des situations d’apprentissages mettant en jeu les compétences langagières et linguistiques doivent permette l’élaboration des savoirs et des concepts spécifiques à chaque discipline.

 

Le langage oral trouve à se développer dans les dialogues didactiques, dans l’explicitation des démarches, dans les débats de savoirs ou d’interprétation (à propos de textes, d’images ou d’expériences), dans les comptes rendus, dans les présentations orales, dans les discussions à visée philosophique, en lien avec l’enseignement moral et civique… Il peut également être travaillé en éducation physique et sportive, qui nécessite l’emploi d’un vocabulaire adapté et précis pour décrire les actions réalisées et pour échanger entre partenaires.

 

Tout enseignement est susceptible de donner à lire et à écrire. En lecture, les supports peuvent consister en textes continus ou en documents constitués de textes, d’illustrations associées, de tableaux, de schémas ou autres formes de langage écrit, donnés sur supports traditionnels ou numériques.

En CM1 et en CM2, les élèves identifient les premières caractéristiques et spécificités des écrits littéraires, scientifiques (mathématiques, sciences humaines, sciences du vivant et de la matière), artistiques ou technologiques. En 6e, les compétences de lecture spécifiques aux textes et documents utilisés dans chaque discipline, en particulier en histoire-géographie et en sciences, font l’objet de situations d’apprentissages fréquentes et régulières dans lesquelles les stratégies ad hoc sont explicitées.

En écriture, en CM1 et en CM2, au moins une séance quotidienne doit donner lieu à une production d’écrit (rédaction d’un propos élaboré). En 6e, les élèves sont amenés à produire des écrits variés et à rédiger des textes propres aux différentes disciplines. Les compétences nécessaires pour rédiger ces textes sont explicitées et exercées régulièrement.

 

Les entrées du programme de culture littéraire et artistique permettent des croisements privilégiés avec les programmes d’histoire, d’histoire des arts et d’enseignement moral et civique.

 

Outre la recherche d’informations, le traitement et l’appropriation de ces informations font l’objet d’un apprentissage spécifique, en lien avec le développement des compétences de lecture et d’écriture. En 6e, le professeur documentaliste est plus particulièrement en charge de ces apprentissages, en lien avec les besoins des différentes disciplines.

 

Tout au long du cycle, en tenant compte de la progression en étude de la langue, la vigilance orthographique des élèves est exercée et leur réflexion sur la langue régulièrement sollicitée. L’apprentissage d’une langue vivante étrangère ou régionale est l’occasion de procéder à des comparaisons du fonctionnement de cette langue avec le français, mais aussi d’expliciter des savoir-faire également utiles en français (écouter pour comprendre ; comparer des mots pour inférer le sens…). De manière générale, les autres langues pratiquées par les élèves sont régulièrement sollicitées pour des observations et des comparaisons avec le français. En 6e, les langues anciennes contribuent au développement des connaissances lexicales.

 

Sur les trois années du cycle, en cycle 3 comme en cycle 2, des projets ambitieux qui s’inscrivent dans la durée peuvent associer les activités langagières, les pratiques artistiques (notamment dans le cadre du parcours d’éducation artistique et culturelle) et / ou d’autres enseignements : par exemple, des projets d’écriture avec édition du texte incluant des illustrations, des projets de mise en voix (parlée et chantée) de textes en français et dans la langue étudiée, des projets d’exposition commentée rendant compte d’une étude particulière et incluant une sortie et des recherches documentaires, des projets de publication en ligne…

Cycle 4
 Culture littéraire et artistique

L’acquisition d’une culture littéraire et artistique est l’une des finalités majeures de l’enseignement du français. Elle suppose que les élèves prennent le gout de la lecture et puissent s’y engager personnellement ; qu’ils soient, à cette fin, encouragés à lire de nombreux livres ; qu’ils puissent acquérir des connaissances leur permettant de s’approprier cette culture et de l’organiser, d’affiner leur compréhension des œuvres et des textes, et d’en approfondir l’interprétation.

Au cycle 4, le travail en français, dans ses différentes composantes, est organisé à partir de quatre grandes entrées, « Se chercher, se construire », « Vivre en société, participer à la société », « Regarder le monde, inventer des mondes », « Agir sur le monde », qui font chacune l’objet d’un questionnement spécifique par année. Le travail autour de ces différentes entrées s’appuie sur un corpus, comme il est indiqué ici, mais ne se limite pas à l’étude de textes ; il comprend aussi les activités d’écriture, d’oral et de travail sur la langue. Toutes les composantes du français sont concernées. Ces questionnements obligatoires sont complétés par des questionnements complémentaires au choix du professeur. Ces entrées et questionnements mettent en lumière les finalités de l’enseignement ; ils présentent la lecture et la littérature comme des ouvertures sur le monde qui nous entoure, des suggestions de réponse aux questions que se pose l’être humain, sans oublier les enjeux proprement littéraires, spécifiques au français. À travers ces questionnements, l’élève est conduit à s’approprier les textes, à les considérer non comme une fin en soi mais comme une invitation à la réflexion. Ils sont accompagnés de précisions concernant les enjeux littéraires et de formation personnelle, et d’indications de corpus mentionnant des points de passage obligés et des possibilités, non limitatives, d’étude. Ces indications permettent d’orienter la mise en œuvre et de ménager dans la programmation annuelle des professeurs un équilibre entre les genres et les formes littéraires ; elles définissent des points de passage obligés nécessaires à la construction d’une culture commune et proposent des ouvertures vers l’éducation aux médias et vers d’autres formes d’expression artistique (particulièrement des œuvres picturales et cinématographiques) ; elles invitent à explorer tel ou tel genre, tel ou tel mouvement littéraire et artistique, telle ou telle notion et établissent des liens avec la programmation en histoire : certains questionnements sont en effet propices à un travail commun entre différentes disciplines, notamment dans le cadre d’un Enseignement pratique interdisciplinaire.

Chaque année, les questionnements sont abordés dans l’ordre choisi par le professeur : chaque questionnement peut être abordé à plusieurs reprises, à des moments différents de l’année scolaire, selon une problématisation ou des priorités différentes ; le professeur peut aussi croiser deux questionnements à un même moment de l’année.

 

  Se chercher, se construire Vivre en société, participer à la société Regarder le monde, inventer des mondes Agir sur le monde   Questionnements complémentaires (un au moins par année, au choix)    

5e

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir diverses formes de récits d’aventures, fictifs ou non, et des textes célébrant les voyages ;

– comprendre les motifs de l’élan vers l’autre et l’ailleurs et s’interroger sur les valeurs mises en jeu ;

– s’interroger sur le sens des représentations qui sont données des voyages et de ce qu’ils font découvrir.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : L’Europe et le Monde aux XVIe et XVIIe siècles), des extraits d’œuvres évoquant les Grandes Découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs).

 

 On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

 

Avec autrui : familles, amis, réseaux

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir diverses formes, dramatiques et narratives, de la représentation des relations avec autrui ;

– comprendre la complexité de ces relations, des attachements et des tensions qui sont figurés dans les textes, en mesurer les enjeux ;

– s’interroger sur le sens et les difficultés de la conquête de l’autonomie au sein du groupe ou contre lui.

 

Indications de corpus :

On étudie :

une comédie du XVIIe siècle (lecture intégrale).

 

On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des extraits de récits d’enfance et d’adolescence, fictifs ou non. 

 

Ce questionnement peut également être l’occasion d’exploiter des productions issues des médias et des réseaux sociaux.

Imaginer des univers nouveaux

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des textes et des images relevant de différents genres et proposant la représentation de mondes imaginaires, utopiques ou merveilleux;

– être capable de percevoir la cohérence de ces univers imaginaires ;

– apprécier le pouvoir de reconfiguration de l’imagination et s’interroger sur ce que ces textes et images apportent à notre perception de la réalité.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– un conte merveilleux (lecture intégrale).

 

On peut aussi étudier des extraits d’utopies ou de romans d’anticipation, ou encore un groupement de poèmes ou de récits proposant une reconfiguration poétique de la réalité.

 

On peut exploiter des images fixes ou des extraits de films créant des univers imaginaires.

 

Héros / héroïnes et héroïsmes

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des œuvres et des textes relevant de l’épopée et du roman et proposant une représentation du héros/ de l’héroïne et de ses actions ;

– comprendre le caractère d’exemplarité qui s’attache à la geste du héros / de l’héroïne et la relation entre la singularité du personnage et la dimension collective des valeurs mises en jeu ;

– s’interroger sur la diversité des figures de héros/ d’héroïnes et sur le sens de l’intérêt qu’elles suscitent.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 2 : Société, Église et pouvoir politique dans l’occident féodal, XIe-XVe siècle), des extraits d’œuvres de l’époque médiévale, chansons de geste ou romans de chevalerie 

et

– des extraits d’œuvres épiques, de l’Antiquité au XXIe siècle.

 

On peut aussi exploiter des extraits de bandes dessinées ainsi que des films ou extraits de films mettant en scène des figures de héros / d’héroïnes.

 

 

 

  –   L’être humain est-il maitre de la nature ?

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– interroger le rapport de l’être humain à la nature à partir de textes et d’images empruntés aux représentations de la nature à diverses époques, en relation avec l’histoire des arts, et saisir les retournements amorcés au XIXe siècle et prolongés à notre époque ;

– comprendre et anticiper les responsabilités humaines aujourd’hui.

 

Indications de corpus :

On peut étudier ou exploiter :

en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

– des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

 

–   Questionnement libre

 

 

 

 

   
4e Dire l’amour

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des poèmes lyriques de différentes époques exprimant les variations du discours amoureux ;

– comprendre les nuances du sentiment amoureux et quelques-unes des raisons qui en font un thème majeur de l’expression littéraire et artistique ;

– s’interroger sur le rôle des images et des références dans le lyrisme

amoureux.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.

 

On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

 

Individu et société : confrontations de valeurs ?

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir, à travers des textes relevant des genres dramatique et romanesque, la confrontation des valeurs portées par les personnages ;

– comprendre que la structure et le dynamisme de l’action dramatique ou romanesque, ont partie liée avec les conflits, et saisir quels sont les intérêts et les valeurs qu’ils mettent en jeu ;

– s’interroger sur les conciliations possibles ou non entre les systèmes de valeurs mis en jeu.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– une tragédie ou une tragicomédie du XVIIe siècle (lecture intégrale), ou une comédie du XVIIIe siècle (lecture intégrale).

 

On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des extraits de romans ou de nouvelles des XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles.

 

La fiction pour interroger le réel

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des œuvres et des textes narratifs relevant de l’esthétique réaliste ou naturaliste ;

– comprendre quelles sont les ambitions du roman réaliste ou naturaliste au XIXe siècle en matière de représentation de la société ;

– comprendre comment le récit fantastique, tout en s’inscrivant dans cette esthétique, interroge le statut et les limites du réel ;

– s’interroger sur la manière dont les personnages sont dessinés et sur leur rôle dans la peinture de la réalité.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– en lien avec la programmation annuelle en histoire (thèmes 2 et 3 : « L’Europe et le monde au XIXe siècle » et « Société, culture et politique dans la France du XIXe siècle), un roman ou des nouvelles réalistes ou naturalistes (lecture intégrale) ; on peut également s’appuyer sur une adaptation cinématographique ou télévisuelle d’un roman ou d’une nouvelle réaliste ou naturaliste (étude intégrale ou groupement d’extraits)

 

et

 

 une nouvelle fantastique (lecture intégrale).

Informer, s’informer, déformer ?

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des articles, des reportages, des images d’information sur des supports et dans des formats divers, se rapportant à un même événement, à une question de société ou à une thématique commune ;

– comprendre l’importance de la vérification et du recoupement des sources, la différence entre fait brut et information, les effets de la rédaction et du montage ;

– s’interroger sur les évolutions éditoriales de l’information.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– des textes et documents issus de la presse et des médias (journaux, revues, enregistrements radio ou télévisés, médias numériques). Le travail peut se faire en lien avec la Semaine de la presse et des médias, comme préparation ou dans le prolongement de cet événement.

On peut également exploiter des textes et documents produits à des fins de propagande ou témoignant de la manipulation de l’information.

 

On peut aussi étudier des extraits de romans, de nouvelles ou de films des XIXe, XXe et XXIe siècles traitant du monde de la presse et du journalisme.

 

 

–   La ville, lieu de tous les possibles ?

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– montrer comment la ville inspire les écrivains – poètes, auteurs de romans policiers, grands romanciers des XIXe et XXe siècles…- et les artistes qui la représentent dans sa diversité, sa complexité et ses contradictions ;

– s’interroger sur les ambivalences des représentations du milieu urbain : lieu d’évasion, de liberté, de rencontres, de découvertes, mais aussi lieu de « perdition », de solitude, de désillusion, de peurs ou d’utopies ;

– réfléchir aux conséquences à venir du développement des mégalopoles.

 

Indications de corpus :

On peut étudier ou exploiter :

– des descriptions et récits extraits des grands romans du XIXe siècle à nos jours présentant des représentations contrastées du milieu urbain ;

– des poèmes qui construisent la ville comme objet poétique.

 

On peut aussi étudier l’importance de la ville dans le roman policier et dans le roman d’anticipation.

On peut également exploiter des extraits de films, de BD, des portfolios photographiques…

 

 

–   Questionnement libre

 

3e

Se raconter, se représenter

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

découvrir différentes formes de l’écriture de soi et de l’autoportrait ;

– comprendre les raisons et le sens de l’entreprise qui consiste à se raconter ou à se représenter ;

– percevoir l’effort de saisie de soi et de recherche de la vérité, s’interroger sur les raisons et les effets de la composition du récit ou du portrait de soi.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– un livre relevant de l’autobiographie ou du roman autobiographique (lecture intégrale)

ou

– des extraits d’œuvres de différents siècles et genres, relevant de diverses formes du récit de soi et de l’autoportrait : essai, mémoires, autobiographie, roman autobiographique, journaux et correspondances intimes, etc. Le groupement peut intégrer des exemples majeurs de l’autoportrait ou de l’autobiographie dans d’autres arts (peinture, photographie ou images animées – vidéo ou cinéma).

 

Dénoncer les travers de la société

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des œuvres, des textes et des images à visée satirique, relevant de différents genres et formes, et d’arts différents ;

– comprendre les raisons, les visées et les modalités de la satire, les effets d’ironie, de grossissement, de rabaissement ou de déplacement dont elle joue, savoir en apprécier le sel et en saisir la portée et les limites ;

– s’interroger sur la dimension morale et sociale du comique satirique.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet)

et

– des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.

 

 On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de productions numériques à caractère satirique.

Visions poétiques du monde

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des œuvres et des textes relevant principalement de la poésie lyrique du romantisme à nos jours ;

– comprendre que la poésie joue de toutes les ressources de la langue pour célébrer et intensifier notre présence au monde, et pour en interroger le sens ;

– cultiver la sensibilité à la beauté des textes poétiques et s’interroger sur le rapport au monde qu’ils invitent le lecteur à éprouver par l’expérience de leur lecture.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– des poèmes ou des textes de prose poétique, du romantisme à nos jours, pour faire comprendre la diversité des visions du monde correspondant à des esthétiques différentes ; le groupement peut intégrer des exemples majeurs de paysages en peinture.

Agir dans la cité : individu et pouvoir

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– découvrir des œuvres et textes du XXe siècle appartenant à des genres divers et en lien avec les bouleversements historiques majeurs qui l’ont marqué ;

– comprendre en quoi les textes littéraires dépassent le statut de document historique et visent au-delà du témoignage, mais aussi de la simple efficacité rhétorique ;

– s’interroger sur les notions d’engagement et de résistance, et sur le rapport à l’histoire qui caractérise les œuvres et textes étudiés.

 

Indications de corpus :

On étudie :

– en lien avec la programmation annuelle en histoire (étude du XXe siècle, thème 1 « L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales »), une œuvre ou une partie significative d’une œuvre portant un regard sur l’histoire du siècle – guerres mondiales, société de l’entre-deux-guerres, régimes fascistes et totalitaires (lecture intégrale).

 

 On peut aussi étudier des extraits d’autres œuvres, appartenant à divers genres littéraires, ainsi que des œuvres picturales ou des extraits d’œuvres cinématographiques.

  –   Progrès et rêves scientifiques

 

Enjeux littéraires et de formation personnelle :

– s’interroger sur l’idée du progrès scientifique, cher au XIXe siècle, tantôt exalté et mythifié, tantôt objet de répulsion ou de désillusion ;

– poser la question des rapports entre les sciences et la littérature, notamment à travers des œuvres mettant en scène la figure du savant, créateur du bonheur de demain ou figure malfaisante et diabolique ;

– interroger l’ambition de l’art à penser, imaginer, voire anticiper le progrès scientifique et technologique.

 

Indications de corpus :

On peut étudier des romans et des nouvelles de science-fiction et des récits d’anticipation.

On peut aussi avoir recours à des textes et documents issus de la presse et des médias (articles de journaux ou de revues, enregistrements radio ou télévisés, médias numériques).

 

–   Questionnement libre

 

Croisements entre enseignements

Ils concernent à la fois le renforcement de la cohérence de la formation des élèves, les décloisonnements possibles des disciplines, la prise en charge de la formation morale et civique par toutes les disciplines, les travaux au sein des Enseignements pratiques interdisciplinaires et la mise en œuvre, sur le long terme, du parcours d’éducation artistique et culturelle et du parcours Avenir. Les propositions ci-dessous ne visent pas l’exhaustivité mais donnent les directions possibles pour aider au travail des équipes pédagogiques.